compte-rendu de visite zoo de jurques
Visites

#3 Compte-rendu de visite : Zoo de Jurques

Visite effectuée le 31/05/2020

Nous voilà de retour dans le Calvados pour cette troisième visite de l’année et plus précisément au Zoo de Jurques. Ce n’est pas la première fois que nous y allons (la dernière fois au printemps 2018), mais la météo était tellement catastrophique que nous n’avions pas suffisamment profité. Le Zoo de Jurques se trouve dans la ville nouvelle de Dialan-sur-Chaîne, un groupement de commune dans lequel se trouve le village de Jurques. Il est situé à environ 30 mins de Caen.

Arrivée au zoo de Jurques

Nous avions au préalable acheté des places avec une promotion personnelle et nous avons payé 29,80€ pour deux adultes. Autrement, il faudra débourser 19 € par adulte pour rentrer sur le parc (pour plus d’informations, consultez https://www.zoodejurques.fr/tarifs-horaires/ ). Le parc se trouve sur les hauteurs du village de Jurques, sur une colline très boisée. A notre arrivée, nous avons à gauche le parking ainsi qu’une aire de pique-nique et à droite, l’entrée du parc.

compte-rendu de visite zoo de jurques
Entrée du parc

Après avoir validé nos tickets au guichet, nous arrivons sur une petite esplanade qui comprend une aire de jeux, la boutique mais aussi les deux points de restauration : le snack « Cap-Brousse » et le Buffet Bar « La Part du Lion ». Chacun dispose de se propre terrasse et on remarque que les locaux sont récents, ou en tout cas rénovés il y a peu. Après le traditionnel passage aux toilettes du début de visite, nous découvrons le premier enclos, un espace extérieur pour des tatous à six bandes, comprenant une petite maison chauffée. La suite du chemin nous mène au Village des Reptiles, construit en 2011. Il se compose de quatre maisons où sont logés des boas constricteurs, des pythons molures, des téjus noirs et blancs ainsi que des iguanes verts. J’ai trouvé ces vivariums plutôt spacieux par rapport à ce que l’on peut voir ailleurs et j’ai beaucoup apprécié les panneaux concernant les responsabilités inhérentes à l’achat de NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Après ce petit village, nous arrivons aux kangourous, point de départ des deux circuits de visite du parc, le bleu ou le jaune. Un rapide coup d’œil sur le plan du parc remis au guichet à notre arrivée, et nous voilà en route sur le circuit bleu.

Circuit bleu : environ 1h30

compte-rendu de visite zoo de jurques
Panneau de sens de visite du circuit bleu

Nous suivons les panneaux du sens de la visite et nous croisons une petite colonie de flamants du Chili avec quelques espèces de canards, sur une petite île au milieu d’un bassin. Puis, face à face, deux enclos, l’un pour les chiens de prairie et l’autre pour des pandas roux en cohabitation avec des muntjacs de Reeves. Malgré plusieurs passages et grâce aux nombreuses cachettes, nous n’avons pas aperçu de panda roux. Nous arrivons ensuite sur une succession de petits enclos, sous forme de Mini-ferme (Chèvres, porc-épic, lapins, tortues sulcata) ainsi qu’une volière présentant quelques petits oiseaux australiens. Ces espaces raviront les enfants car les barrières sont très basses et la proximité avec les animaux est très intéressantes pour eux, il est d’ailleurs possible de rentrer chez les chèvres et dans la volière (les deux espaces étaient fermés pour notre visite suite à l’épidémie).

Volière australienne derrière les chèvres

A cet endroit se trouve également la cuisine du zoo avec une multitude de panneaux et d’informations concernant la nourriture des animaux du parc et les différents régimes alimentaires, cela vaut vraiment le coup de s’y arrêter quelques instants, je vous garantit d’être surpris par quelques informations.

La cuisine du zoo

La route nous mène à l’enclos des lions blancs, un animal magnifique et surtout emblématique pour le zoo de Jurques. Je me souviens avoir découvert une portée il y a quelques années et je crois que les deux individus présentés aujourd’hui en font partie. Plusieurs points de vue permettent de les observer sans les déranger.

Point de vision sur l’enclos des lions blancs
Habitat des lions blancs

Après un petit passage boisé, vierge de tout enclos, nous arrivons aux ratons-laveurs puis sur trois petites îles pour trois espèces de primates (atèles de Geoffroy, gibbons Lar et capucins).

L’île des capucins

Nous voilà arriver au bout du parc, à mi-chemin sur le circuit bleu, et c’est sur le territoire des lémuriens que nous faisons halte, dans un bel enclos boisé qu’il est possible de visiter pour une rencontre avec eux (également fermé lors de notre visite). Juste après cet espace, et après d’autres découvertes, nous croisons la route d’un groupe de macaques Japonais, installés sur des structures en bois, plutôt récentes mais dans un enclos qui a mal vieilli selon moi.

Maki catta dans les arbres

Le chemin se rétrécit et nous découvrons des tamarins de Goeldi et des sakis à face blanche, dans des petites volières là aussi plutôt anciennes. Elles font face à une volière plus récente qui héberge quelques espèces d’oiseaux. Un peu plus loin sur notre gauche, l’enclos des pumas. Leur logement sert également de point d’observation vitré et d’habitation pour les panthères des neiges qui ont investit les lieux il y a peu et je dois dire que j’ai beaucoup apprécié leur habitat, une moitié est plate avec beaucoup de végétations, l’autre moitié est très clairement une vallée avec des rochers et des troncs d’arbres couchés ce qui rend l’espace très naturel. A cela s’ajoute un point d’observation avec une vue plongée sur cette vallée et malgré la volonté de les apercevoir, je crois qu’elles sont parvenues à bien se camoufler.

Nous revenons légèrement sur nos pas et empruntons une passerelle en bois pour découvrir ce qui représente pour moi l’un des meilleurs enclos du parc, la Montagne d’Afrique. C’est littéralement un trou, de plus de 50 mètres de diamètre et qui descend à une profondeur de plusieurs dizaines de mètres, où sont logés des mouflons à manchette et des singes magots. Observer des mouflons s’accrocher aux flans des parois rocheuses représente une très bonne expérience, presque naturelle, mais attention au vertige !

Mouflon à manchette

De l’autre côté de la passerelle se trouve un groupe de mandrills, dans un espace boisé et un peu accidenté. Nous reprenons notre route vers les servals (après les panthères des neiges) puis les lynx. Ces derniers vont voir leur espace doubler de taille car auparavant, leur enclos était collé à celui des lions qui sont partit il y a quelques semaines vers le circuit jaune. Actuellement en rénovation, les deux enclos seront réunis et formeront un très bel espace aux lynx. S’offre à nous le choix de terminer le circuit bleu ou de prendre le circuit jaune en cours de route, et c’est sans hésitation que nous avons continué sur le bleu. Nous avons alors découvert un premier enclos pour les guépards, avec face à eux, les tapirs terrestres en cohabitation avec des pélicans, des maras, des capybaras et des nandous. Enfin, pour terminer cette première partie de la visite, le bassin des manchots de Humboldt, avec vision sous-marine.

Nous voilà de retour aux kangourous, point de départ des deux circuits. Nous nous dirigeons vers les terrasses des points de restauration à l’entrée du parc pour une petite pause déjeuner avant de reprendre la visite et de nous rendre sur le circuit jaune.

Circuit jaune : environ 1h00

Panneau de sens de visite du circuit jaune

Face aux kangourous, les girafes avec des zèbres de Grévy, des oryx algazelles et des autruches, dans ce que l’on appelle la Plaine Africaine. L’espace est assez restreint et plutôt ancien. Fort heureusement, tout ce beau monde bénéficiera de meilleures conditions de vie prochainement grâce à une nouvelle zone acquise par le parc récemment. Auparavant, les girafes étaient seules dans cet espace mais elles ont été rejointes par les autres espèces il y a peu, elles se trouvaient légèrement plus bas, dans un enclos d’environ 3500 mètres carrés, rénové cette année pour y accueillir le groupe de lions d’Afrique dont nous avons parlé plus haut. L’espace est bien plus adapté aux lions qu’aux zèbres et autruches et un observatoire a été construit pour l’occasion.

compte-rendu de visite zoo de Jurques
Nouveauté 2020, un nouvel espace pour les lions d’Afrique
compte-rendu de visite zoo de Jurques
Bâtiment des lions d’Afrique
compte-rendu de visite zoo de Jurques
Observatoire pour l’espace des lions d’Afrique

A noter que nous avons pris le sens de visite à l’envers, malgré les indications tout au long du circuit. Le parcours est un peu plus escarpé que le circuit bleu. A côté des lions, nous découvrons le second enclos des guépards ainsi que la volière des vautours, qui abrite également des cigognes et d’autres espèces d’oiseaux. D’ailleurs ce n’est plus une volière puisque le toit n’est plus, dommage. Nous découvrons ensuite successivement un couple de tigres de Sibérie, une meute de loups arctiques, des renards polaires (dont une naissance de 9 petits a eu lieu il y a quelques jours mais encore invisibles des visiteurs), puis les tigres blancs, nouveautés 2019 du zoo de Jurques. L’espace est très escarpé mais offre, tout comme aux panthères des neiges, de nombreuses cachettes pour les animaux. Un point d’observation bien placé permet d’avoir une vue dégagée sur une partie de l’enclos. A cet endroit, le chemin remonte sévèrement et nous découvrons les mêmes espèces mais de l’autre côté, dont également la partie basse du futur enclos des lynx.

compte-rendu de visite zoo de Jurques
Loup arctique

Nous voilà arrivé au croisement (celui que nous avons déjà vu auparavant) qui nous permet de rejoindre le circuit bleu. Il est possible à cet endroit de prendre une petite allée inclinée pour rejoindre le Grenier des p’tites bêtes où vivent notamment des insectes, mais cet espace est fermé suite à l’épidémie. C’est donc dans la volière tropicale que nous terminons la visite du circuit jaune, après avoir croisé les fennecs et la nurserie. Cette volière abrite des ibis rouges et plusieurs espèces de perroquets dont des aras hyacinthes. Elle est tout en longueur et elle représente environ 600 mètres carrés, mais elle n’est pas surpeuplée et est agrémentée d’assez de végétation pour les oiseaux. Elle doit faire une dizaine de mètres de hauteur, et c’est toujours plus agréable d’observer des oiseaux voler. La sortie de la volière nous amène aux girafes et clôture ainsi le circuit jaune.

Le parc n’étant pas très grand, nous sommes retournés voir les espaces que nous avions apprécié et aussi tenter d’apercevoir les espèces qui nous ont échappé au premier passage. Puis après un rapide passage à la boutique, nous sommes retournés à la voiture et avons repris la route de notre domicile.

Les points faibles :

  • Le prix, peut-être un petit peu élevé, il pourrait en refroidir quelques-uns.
  • Les espaces alloués aux animaux, trop petits à mon goût pour beaucoup d’espèces, à cela s’ajoute la vetusté de quelques aménagements.
  • Le manque de WC, petit point faible mais à noter tout de même, il y en a trois dans tout le parc dont un sur le parking, les deux autres sont au niveau des restaurants pour le premier et au début du parcours bleu pour le second (fermés pour notre visite), un supplémentaire notamment sur le parcours jaune ne serait pas de refus je pense.

Les points forts :

  • Les nombreux panneaux d’informations tout au long de la visite, que ce soit pour présenter des espèces ou pour en apprendre plus sur l’alimentation des pensionnaires, il y en largement assez pour repartir plus cultivé.
  • C’est un petit parc convivial où il est facile d’observer les animaux et dans de plutôt bonnes conditions.
  • Les zones fumeurs : il y en a 5 tout au long du parcours, c’est une très bonne initiative du zoo de Jurques qui permet de rendre la totalité du parc non-fumeur ce qui est très agréable, il ne manque plus qu’aux visiteurs de respecter les consignes !
  • La propreté, globalement le parc est bien entretenu, que ce soit les espaces verts, les locaux des visiteurs (WC, points de restauration, boutique) mais aussi les enclos et les bâtiments des animaux.
  • Le cadre est très agréable, le parc se situe dans un bois, il est très ombragé et la visite se fait au frais même quand il fait chaud, les cris des différents animaux vous transportent à l’autre bout du monde.
compte-rendu de visite zoo de Jurques
Point d’observation des loups gris

J’ai dû visiter ce parc trois ou quatre fois dans ma vie, je n’ai été déçu qu’une seule fois et c’était à cause de la météo malheureusement. Quelques éléments me perturbent toutefois. Certaines espèces grégaires sont présentées seules, je pense notamment aux primates (atèles de Geoffroy et gibbons), mais il y a certainement une raison à cela. Les manchots de Humboldt sont présentés dans une sorte de piscine et plusieurs oiseaux sont éjointés… Je trouve ces modes de présentations dépassés pour notre époque.

Le parc a ouvert en 1977 et je crois que dans sa conception, il a très peu évolué, mais malgré plusieurs enclos de petites tailles voire inadaptés pour certaines espèces, il y a une réelle volonté de la direction d’améliorer les conditions de vie des animaux. Les panthères de neiges ont vu leur enclos s’agrandir et leur offrir de nouvelles expériences, les lions d’Afrique viennent d’investir un nouvel espace bien plus adapté à leur bien-être, les lémuriens disposent d’un bel habitat, les mouflons à manchette et les magots vivent dans un très bel enclos, la volière tropicale est très bien aménagée et les lynx vont doubler la taille de leur lieu de vie. Le parc a également pour projet un agrandissement de 8 hectares qui permettra dans un premier temps de déplacer la plaine Africaine et ainsi libérer un espace plutôt conséquent pour, je l’espère, reloger certains animaux. C’est un parc familial et convivial, il permet de passer un très bon moment en famille ou entre amis. Notre visite a duré environ 3h30, en comptant notre pause déjeuner ainsi qu’un second tour rapide du parc.

Pour conclure en quelques mots, le zoo de Jurques a un très bel avenir devant lui, c’est un parc très prometteur malgré ses 43 ans et je pense qu’il pourrait devenir un très bon parc au niveau national. Je vous le recommande volontiers pour quelques heures de détente à la rencontre d’espèces des cinq continents, surtout si vous habitez la région.

Pour d’autres informations, n’hésitez pas à lire la fiche du zoo de Jurques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *