© Zoo de la Flèche
Actualités

Jabu, le lion blanc du Zoo de la Flèche, est mort

C’est une bien triste nouvelle que le Zoo de la Flèche a annoncé ce mardi 11 mai 2021 ; Jabu, le lion blanc du parc, est mort.

« Jabu était un lion extraordinaire, avec un fort caractère et très protecteur avec sa famille », indique le parc dans une publication sur Facebook au sujet du décès du lion. Un lion né en 2006 et arrivé au Zoo de la Flèche en 2008, en tant que grande nouveauté de cette année là. Avec sa femelle, Nikita, Jabu a eu de nombreux petits. Au cours de sa vie, il a engendré pas moins de 21 lionceaux désormais répartis dans plusieurs zoos dans le monde. Ces derniers petits, Yôko et Tankwa, sont nés en octobre 2018 et ils ne semblent pas encore ressentir l’absence de leur père. Jabu est mort il y a quelques semaines à l’âge de 15 ans, un âge moyen pour un animal qui peut vivre entre 15 et 20 ans en captivité.

Suite au décès, les vétérinaires du parc ont réalisé des examens permettant d’en découvrir la cause. « Les analyses ont en effet montré que la rate de Jabu était anormale et touchée par un cancer appelé lymphome », précise le parc. Pourtant, toujours selon le zoo, le beau lion blanc ne montrait aucun signe avant-coureur du développement d’une telle maladie, rendant impossible sa détection et donc sa prise en charge.

C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons que Jabu, notre mâle lion blanc, nous a quitté brutalement il…

Publiée par Zoo de La Flèche sur Lundi 10 mai 2021

Le lion blanc ne représente pas une sous-espèce de lion, il s’agit d’une mutation génétique appelée leucisme (et non albinisme) qui lui donne cette couleur blanche caractéristique. Le lion blanc est en réalité un lion d’Afrique et il appartient plus précisément à la sous-espèce du lion du Transvaal ou lion de Kruger (Panthera leo krugeri) dont la très grande majorité des individus dans la nature sont « normaux ». Le lion blanc se rencontre très rarement dans la nature, il arrive que des lionceaux blancs naissent au milieu d’une portée de lions « normaux » au Timbavati et dans le parc national de Kruger, seulement si les deux parents possèdent le gène récessif occasionnant cette couleur particulière, mais leurs chances de survie restent très faibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *