© AFdPZ
Actualités

Soutien des zoos français aux programmes de conservation dans le monde

Dans un communiqué de presse ce jeudi 26 novembre 2020, l’AFdPZ et les zoos français apportent leur soutien aux programmes de conservation à travers le monde, malgré la crise sanitaire et économique qui touche la planète.

Comuniqué de Presse de l’AFdPZ

La crise sanitaire et économique que traverse le monde a des conséquences importantes sur la protection de la Nature sur tous les continents. Plus de 70% des actions de conservation prévues ces derniers mois ont été annulées ou reportées. Et 83% des acteurs de la conservation dans le monde déclarent que la pandémie de COVID 19 a affecté leur capacité à travailler avec pour 58% d’entre eux des coupes budgétaires*. Dans ce contexte, les zoos français réaffirment et accroissent leur participation aux actions portées sur tous les terrains par les ONG de protection des espèces. Des exemples sur 4 continents :

En Polynésie française, le soutien financier apporté par l’AFdPZ a contribué au succès d’une opération innovante menée par la SOP-Manu de sauvetage du monarque de Tahiti (Pomarea nigra) endémique de l’île, un passereau en danger critique d’extinction, menacé par une espèce invasive : la Petite fourmi de feu. Cet insecte se développe en colonies qui détruisent les nids du monarque et consomment de nombreuses espèces d’insectes, en compétition avec le monarque. Des produits anti-fourmis (qui se décomposent en produits non-toxiques pour l’environnement) ont été dispersés par des drones, et la menace semble en voie d’être jugulée.

 

En Afrique du Sud, c’est un programme (de « Save the Rhino ») d’entrainement des rangers à la lutte contre le braconnage des très menacés rhinocéros blancs et noirs qui a pu être mis en place avec l’aide du produit de la vente de la bande dessinée « Les Adieux du Rhinocéros » dans les zoos français.

Dans la région brésilienne du Pantanal ravagée par les incendies, l’Association Française des Parcs Zoologiques (AFdPZ) a débloqué un fonds d’urgence supplémentaire (qui vient s’ajouter aux dons directs des zoos) pour le financement d’actions de sauvetage de plusieurs espèces, dont le tatou géant, le tapir et le fourmilier. « Nous sommes très reconnaissants de tout le soutien que nous avons reçu pour financer à la fois les efforts de sauvetage des animaux et l’achat d’équipement et de matériel pour les pompiers. Les incendies dans le Pantanal se poursuivent. L’un de nos vétérinaires a passé les trois dernières semaines à acheter le matériel nécessaire à l’Université fédérale du Mato Grosso où les jaguars, les tapirs et les fourmiliers sont traités », écrit Arnaud Desbiez, qui dirige sur le terrain le Giant Armadillo Conservation Program.

 


A Madagascar, l’AFdPZ accompagne le programme Helpsimus, créé en 2008 afin de protéger une population de grands hapalémurs (Prolemur simus) évoluant en dehors de toute zone protégée, à quelques kilomètres du Parc National de Ranomafana. L’espèce est listée En danger critique d’extinction (CR) sur la Liste Rouge de l’UICN. « Je vous remercie une nouvelle fois de votre soutien et de votre confiance qui ont été si précieux en ces temps troublés. Sans vous tout cela ne serait pas possible », précise la présidente d’Helpsimus, Delphine Roullet, qui annonce par ailleurs 50 naissances de grands hapalémurs ainsi que des naissances de lémurs à ventre roux et d’avahis de Peyrieras !

Dans toutes leurs missions de terrain, les structures partenaires de l’AFdPZ intègrent une action de prévention sanitaire (respect des gestes barrières) pour préserver les acteurs et les populations concernés.

En France métropolitaine, l’AFdPZ participe au programme LIFE VISON coordonné par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et qui a pour objectif de sauver le Vison d’Europe (Mustela lutreola) dans le bassin de la Charente, espèce classée En danger critique d’extinction (CR), en co-finançant plusieurs actions de terrain :

  • Equipement d’un émetteur sur 5 visons d’Europe (2 en janvier-février 2020 et 3 en octobre 2020) permettant d’en apprendre plus sur le déplacement des individus et les gîtes quotidiens utilisés.
  • Création de 40 zones-refuges sur l’ensemble du périmètre d’étude et signature d’un plan de gestion simplifié avec une commune volontaire. Les travaux de restauration de boisements et ripisylves débuteront fin 2020 tandis que la restauration de mares et de frayères a dû être repoussée à l’année 2021 à cause du confinement de ce printemps.
  • De nouveaux travaux d’aménagement de ponts en Charente-Maritime pour le passage de la petite faune devraient bientôt être engagés en supplément de ceux réalisés avant le confinement du mois de mars (encorbellements mis en place sur 5 ouvrages).

En cette période difficile pour tous, les zoos français consolident leur engagement en faveur de la conservation des espèces dans la Nature, en France et dans le monde. Les conséquences de la crise économique et sanitaire renforcent l’urgence et la nécessité de cette solidarité entre les différents acteurs de la conservation : le braconnage est en augmentation, les revenus liés à l’écotourisme (donc les salaires des rangers) se sont effondrés, les scientifiques et agents de terrain, confinés, ne peuvent remplir leurs missions, etc. Bien qu’ils soient eux-mêmes affectés par la crise et les mesures sanitaires, les parcs français restent présents aux côtés de leurs partenaires de la grande chaîne mondiale de la conservation des
espèces.

Plus d’informations sur les programmes de conservation in situ soutenus par les parcs zoologiques français sur https://afdpz.org/conservation/

*(Source : Rapport 2020 du Mohammed bin Zayed conservation fund relatif à l’impact de la pandémie).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *