© ASGN
© ASGN
Actualités

Aidez les girafes du Niger avec le Bioparc de Doué-la-Fontaine

Participez à la conservation des girafes du Niger, c’est possible grâce au Bioparc de Doué-la-Fontaine qui lance une cagnotte participative.

Pour aider les populations locales et leur créer un complément de revenus, le Bioparc a décidé, avec l’Association pour la Sauvegarde des Girafes du Niger (ASGN) de créer une cagnotte participative qui a pour but d’aider les agriculteurs locaux et de préserver l’habitat des girafes. L’association souhaite créer une pépinière à Dantiandou au Niger pour 20 000 plants d’acacia Albida qui seront cultivés puis replantés dans la « zone girafe ». Cela permettra de :

  • maintenir les girafes dans leur habitat naturel en leur assurant des ressources alimentaires en quantités suffisantes,
  • créer des sources de revenus pour les populations,
  • contribuer à la lutte contre la désertification en restaurant le couvert végétal.

Pour y parvenir, le projet nécessite 7 800 euros afin d’acheter les premiers plants, embaucher 3 pépiniéristes, et acquérir tout le matériel nécessaire à la création de ce centre de production.

« Je suis très attaché à la survie du dernier troupeau de girafes d’Afrique de l’ouest au Niger, nous nous occupons d’elles depuis 20 ans et nous nous occupons aussi des populations qui en prennent soin et qui vivent auprès d’elles. »

Pierre Gay, directeur général du Bioparc de Doué-la-Fontaine dans la courte vidéo présentant le projet.

Le Bioparc et l’ASGN travaillent ensemble depuis 2001 pour le développement du projet de conservation des girafes du Niger. En apportant un accompagnement au quotidien et surtout en mobilisant des fonds, le Bioparc a permis à l’ASGN d’avancer et d’agir correctement pour les girafes. Aujourd’hui, le Bioparc de Doué-la-Fontaine est le représentant européen de l’association.

Pour plus d’informations et participer à ce projet, rendez-vous sur https://bit.ly/3jUUFHD

Vos dons seront reversé au Fonds de dotation Bioparc Conservation, et sont déductibles des impôts à hauteur de 66 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *