© Tierpark Hellabrunn
© Tierpark Hellabrunn
Actualités

Deux loups à crinière quittent la France pour l’Allemagne

Récemment, deux loups à crinière, nés dans deux parcs zoologiques français différents, ont quitté la France pour rejoindre ensemble un zoo allemand.

Delgado, un loup à crinière mâle âgé aujourd’hui de 11 mois, est partit tout récemment rejoindre le Tierpark Hellabrunn à Munich en Allemagne. Il est né en fin d’année 2020 au Parc Zoo du Reynou dans une portée de trois louveteaux. Mais Delgado a été rejoint par une femelle du même âge, Aweti, qui arrive elle du Zoo de Montpellier. Elle y est née à la même période dans une portée de deux petits. Le Tierpark Hellabrunn ne présentait plus de loups à crinière depuis quelques années et grâce à ces deux arrivées, il devrait pouvoir relancer la reproduction et participer au programme d’élevage de l’espèce.

Le loup à crinière atteint sa maturité sexuelle autour d’un an, Aweti et Delgado en sont donc tout proches. Cependant, la reproduction n’est pas garantie car les deux individus se découvrent l’un l’autre depuis seulement quelques semaines. Ils sont encore un peu timide et passent la plupart de leur temps dans leur loge intérieure, laissée en accès libre toute la journée.

En France, plus d’une quinzaine de parcs zoologiques participent à la reproduction du loup à crinière grâce à un Programme d’Elevage Européen (EEP), mis en place à travers toute l’Europe. Ce programme, géré par l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums), permet entre autres des échanges d’individus entre les zoos pour favoriser le mixage génétique et ainsi éviter toute consanguinité. C’est pour cette raison que Aweti et Delgado ont quitté leurs zoos respectifs pour rejoindre ensemble Munich.

Originaire d’Amérique du Sud, le loup à crinière est classé « Quasi menacé » (NT) sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). De nombreuses menaces continuent de peser sur lui notamment la destruction de son habitat au profit de l’agriculture et l’élevage intensif ou encore les collisions avec des véhicules, provoquées par la proximité des réserves naturelles avec les villes. Aujourd’hui, l’espèce est protégée mais sa population sauvage ne parvient pas à se développer suffisamment pour s’en sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *