© Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN)
Mammifères

Chien des buissons

Pour bien l’identifier…

  • Petit carnivore à l’allure trapue.
  • Pelage brunâtre sur le dos, avec une teinte plus claire sur la tête et le cou.
  • Ventre et pattes plus foncés, presque noirs.
  • Tête massive dotée de petites oreilles.
  • Pattes courtes aux doigts reliés par une membrane.

Fiche d’identité

Généralités

Le chien des buissons est un animal au mode de vie diurne qui passe ses nuits dans un tronc d’arbre ou un terrier abandonné par un autre animal. C’est un canidé qui a la particularité d’être semi-aquatique, ses pattes partiellement palmées lui facilitant la natation.

Le chien des buissons est également appelé « chyen-bwa », qui signifie « chien-bois » en créole guyanais.

Répartition et habitat

L’aire de répartition du chien des buissons s’étend à travers l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud, du Panama jusqu’au nord de l’Argentine en passant par la Colombie, le Pérou, le Venezuela, la Bolivie, le Brésil, la Guyane ou encore le Paraguay.

Cet étrange canidé fréquente les forêts tropicales humides et vit toujours à proximité de cours d’eau. Ses pattes semi-palmées lui permettent en effet de nager très aisément et de profiter d’un mode de vie semi-aquatique.

Régime alimentaire

Le chien des buissons est un canidé strictement carnivore. Il chasse le plus souvent seul ou en couple des petites proies telles que des amphibiens, des petits reptiles et mammifères ou encore des oiseaux. 

Parfois, le chien des buissons chasse en meute et peut alors s’attaquer à des proies plus imposantes comme des agoutis et des capybaras (gros rongeurs) voire des tatous ! Lors de la traque, les individus ne cessent de communiquer par des couinements afin de rester en contact et d’assurer la cohésion du groupe, dans un environnement à faible visibilité.

Mode de vie et reproduction

Le chien des buissons est un animal sociable qui vit en meute d’une dizaine d’individus, composée d’un couple dominant (ou couple alpha) et de leurs petits, ainsi que d’autres couples monogames. Une certaine hiérarchie est établie au sein de la meute car seul le couple alpha peut se reproduire, le cycle sexuel des autres femelles étant bloqué par des hormones émises par la femelle dominante.

La saison de reproduction a lieu toute l’année et la femelle donne naissance à une portée de 4 à 6 chiots, après 2 mois de gestation. Lors de leur venue au monde, les petits pèsent entre 150 et 200 grammes et sont aveugles. Ils sont allaités par leur mère dans un terrier durant 2 à 5 mois, et pourront se reproduire à leur tour dès l’âge d’un an.

Menaces et conservation

Le chien des buissons est un animal rare et méconnu, strictement protégé. Malgré ce statut, il reste une espèce menacée de disparition, la principale menace à laquelle il fait face étant la destruction de son habitat, due à la déforestation et à l’assèchement des zones humides. Cette réduction de l’espace vital du canidé entraîne un isolement des populations, favorisant alors la consanguinité et mettant en péril la survie de l’espèce.

Dans une moindre mesure, le chien des buissons peut aussi être victime de la chasse. Au Pérou, certaines tribus le mangent et au Venezuela des chiens sont abattus en guise de trophées. 

Ce petit canidé est également sensible à la transmission de maladies comme la gale ou la maladie de Carré, surtout due à l’expansion des chiens domestiques.

Il est difficile d’estimer la population du chien des buissons dans la nature par manque d’informations. L’espèce est classée « Quasi menacée » (NT) par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Le saviez-vous ?

Le chien des buissons a été décrit pour la première fois en 1842, à partir de fossiles trouvés dans une caverne au Brésil, mais l’animal vivant n’a été observé que bien plus tard.

En parc zoologique

Le chien des buissons est présent dans un peu plus d’une douzaine de zoos français. Consultez la liste des parcs zoologiques qui hébergent cette espèce en France.

Le chien des buissons fait l’objet d’un EEP (Programme Européen pour les Espèces menacées), coordonné par le Parc zoologique de Moscou, en Russie.

Articles similaires