Condor des Andes

Pour bien l’identifier…

  • Grand rapace très sombre, au plumage noir métallique.
  • Ailes largement marquées de blanc.
  • Collerette duveteuse blanche. 
  • Tête à peau nue brune à rose.
  • Mâle : crête rectangulaire dressée sur le dessus du bec.

Fiche d’identité

Généralités

Comme chez tous les vautours, la tête et le cou du condor des Andes sont dénudés et laissent apparaître une peau brune pouvant varier au rose en fonction de l’état émotionnel de l’oiseau.

Le mâle est légèrement plus grand que la femelle mais se distingue surtout de cette dernière par sa crête rectangulaire dressée sur le dessus du bec.

Répartition et habitat

Comme son nom l’indique, le condor des Andes vit tout au long de la cordillère des Andes jusqu’en Patagonie. Il est présent dans 6 pays d’Amérique du Sud : la Colombie, le Pérou, l’Équateur, le Chili, la Bolivie et l’Argentine.

Cet immense oiseau peut évoluer jusqu’à 5 000 mètres d’altitude dans les plaines et prairies de montagnes ainsi que dans les corniches rocheuses. Cependant, il peut également s’approcher des côtes et des littoraux.

Régime alimentaire

Le condor des Andes est avant tout un rapace charognard qui se nourrit de carcasses de divers mammifères comme les vigognes, les guanacos, les cerfs, les animaux domestiques (lamas, alpagas, moutons, bovins) ou encore les cétacés échoués sur la plage.

Avec son bec court, mais puissant, il peut déchirer la peau dure des cadavres et se nourrir de la chair et des viscères. En Patagonie, on a observé que les condors obligent parfois les pumas à chasser deux fois plus souvent en accaparant des proies fraîchement capturées par les félins, proies sur lesquelles les rapaces peuvent se retrouver à plusieurs dizaines.

Lorsque les carcasses viennent à manquer, le condor des Andes peut s’attaquer à des animaux vivants, en priorité jeunes ou malades. Il peut également manger de petits animaux comme des rongeurs, des lézards ou des insectes.

Comme tous les vautours, le condor des Andes est incapable de transporter une proie en vol à cause de la morphologie spéciale de ses pattes. Il est donc obligé de la consommer au sol.

Mode de vie et reproduction

Le condor des Andes est un oiseau sociable qui vit et se nourrit en colonies comptant entre 10 et 20 individus. Chacune d’elles est dirigée par un mâle dominant, appelé l’apu, qui est le premier à goûter les carcasses. Le soir venu, on peut observer des rassemblements de condors sur les perchoirs et les corniches, qui se réunissent pour dormir ensemble.

C’est un rapace monogame qui reste toute sa vie avec le même partenaire mais ce n’est que durant la période de reproduction qu’il vit réellement en couple. Celle-ci varie en fonction de la région et laisse place à des parades nuptiales en vol synchronisé, composée de montées, de courbes et de redescentes.

Le condor des Andes ne fabrique pas de nid et la femelle pond directement dans des cavités de falaises accessibles uniquement par les airs. C’est principalement la femelle qui assure la couvaison pendant environ 2 mois. L’oisillon restera ensuite six semaines dans le nid et sera encore nourri par ses parents même après avoir pris son premier envol. Le cycle complet de la reproduction peut ainsi prendre plus d’un an, c’est pourquoi un seul œuf est pondu tous les 2 ans.

Menaces et conservation

Le condor des Andes est un oiseau classé « Vulnérable » (VU) sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Environ 6 700 condors sont recensés actuellement en Amérique du Sud.

Ce grand rapace est victime des appâts empoisonnés placés par les éleveurs de bétail qui le considèrent à tort comme un danger pour leurs animaux. Ne trouvant parfois des carcasses que sur les routes, le condor est également victime de collisions routières.

La chasse au trophée et la capture d’oiseaux pour l’exhibition lors de fêtes traditionnelles sud-américaines représentent aussi une réelle menace pour ce géant du ciel. 

Le saviez-vous ?

Le condor des Andes est le plus grand oiseau volant au monde avec l’albatros hurleur !

En parc zoologique

Une poignée seulement de parcs zoologiques français hébergent des condors des Andes, souvent visibles lors de représentations d’oiseaux en vol libre. Consultez la liste des zoos qui hébergent cette espèce en France.

Le condor des Andes fait l’objet d’un EEP (Programme Européen pour les Espèces menacées), coordonné par le Bioparc de Doué-la-Fontaine, en France.

Articles similaires