Les adieux du rhinocéros
Dossiers

Les adieux du rhinocéros

Les adieux du rhinocéros

  • Auteur : Pierre-Roland Saint-Dizier – Andrea Mutti
  • Éditeur : Glénat
  • Date de parution : 3 juillet 2019
  • Taille : 24 cm x 32 cm
  • Nombre de pages : 56 pages
  • ISBN : 978-2-344-03568-9
  • Prix : 14,50 €

–Résumé éditeur–

Alors que la sixième extinction des animaux sauvages a commencé, une course contre la montre s’engage pour sauver les derniers rhinocéros noirs de la planète… Mais la mort de plusieurs individus, abattus dans une réserve africaine par des braconniers, laisse craindre le pire.

Si elle n’est que pur fiction, l’intrigue de cet album reflète pourtant la réalité de ce qui se jour aujourd’hui en Afrique. Dans la nature, le rhinocéros noir est en danger critique d’extinction, le braconnage et le commerce illégal de ses cornes ayant atteint un niveau très préoccupant. Il pourrait disparaître à court terme.

–Avis personnel–

J’avais déjà entendu parler de cette Bande-Dessinée il y a déjà quelques mois mais ma pile de livres à lire étant déjà conséquente, j’ai préféré attendre. Finalement, je suis tombé dessus en boutique et je n’ai pas hésité une seconde à me le procurer.

C’est une BD, et qui dit BD dit rapidité de lecture, et c’est bien dommage car on aimerait que cela dure plus longtemps. L’histoire se base sur des faits réels, qui reflètent le quotidien de ceux qui s’engagent dans la protection du rhinocéros noir. Entre associations et gangs de braconniers il y a tout un monde. D’un côté, on se bat pour protéger les derniers individus d’une espèce menacée d’extinction, de l’autre, on déploie des moyens considérables pour fournir à prix d’or, des cornes de rhinocéros aux prétendues vertus thérapeutiques et aphrodisiaques. On aborde le trafic de cornes dans sa globalité et on découvre le rôle de chacun dans ce phénomène. On nous parle du braconnage, de la corruption, de l’implication que peuvent avoir les populations locales, du travail colossal des associations de protection mais aussi de l’importance des parcs zoologiques. D’ailleurs, une partie de l’intrigue a lieu dans un parc zoologique fictif en France et on comprend quel lien il y a entre les zoos et les associations de protection sur le terrain. Le rhinocéros noir n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, mais c’est certainement l’un des plus parlant. A noter que les dessins sont magnifiques, parfois difficiles à regarder (même si il le faut), mais qui illustrent à la perfection la réalité, sans aller trop loin. Un dossier de quelques pages clôture le récit et donne des informations supplémentaires. On y apprend dans quelle mesure les parcs zoologiques contribuent à la sauvegarde des espèces menacées mais également les programmes d’action initiés in situ (dans le milieu naturel).

Je recommande vivement cet ouvrage, d’abord pour les enfants qui seront sensibiliser à la protection de la faune sauvage, mais aussi pour les adultes qui comprendront facilement les différents liens qui unissent les associations de protections animales dans la nature, avec les parcs zoologiques.

–Où l’acheter ?–

J’ai personnellement acheté cette BD lors d’une visite au CERZA et je crois qu’il est disponible dans les boutiques de nombreux parcs zoologiques en France. En ligne, il est disponible sur différents sites. En achetant ce livre vous faites une bonne action puisque 3% du prix de la vente sera reversé au fond de conservation de l’AFdPZ puis alloué à un programme de conservation des rhinocéros dans leur milieu naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *