© Parrot World
© Parrot World
Actualités

Naissance de deux bébés jaguars à Parrot World

Le parc animalier et immersif Parrot World en Seine-et-Marne a annoncé la naissance exceptionnelle de deux bébés jaguars.

Une grande première pour Parrot World

C’est un événement que le parc Parrot World n’a pas manqué de souligner. Emma, la femelle jaguar du parc, a donné naissance et deux bébés le 1er avril 2022. Ce sont deux petits mâles, l’un et tout noir et l’autre tacheté, à l’image de leurs parents. Jusqu’ici à l’abri des regards, les deux nouveau-nés seront visibles dès le week-end du 21 mai 2022 et les visiteurs seront invités, dans le courant du mois de juin, à participer au choix des prénoms. Le jaguar est un animal naturellement solitaire, mâle et femelle ne se rencontre qu’au moment de la reproduction. Il fallait donc que les deux individus s’entendent à merveille pour espérer une naissance. Emma, la femelle au pelage noir, est présente depuis l’inauguration du parc en août 2020 quant à Ti’Punch, le mâle arborant pour sa part un pelage tacheté, est arrivé à Parrot World à la fin de l’année 2020 en provenance du Zoo de Martinique où il est né. Âgés aujourd’hui de 3 ans, les deux jaguars sont arrivés à maturité et pouvaient un jour ou l’autre se reproduire. « Les deux jeunes félins se sont très vite bien entendus, indique le parc dans un communiqué. Leur complicité laissait espérer une naissance dans le courant de l’année. »

À la fin du mois de mars, après 14 semaines de gestation, l’équipe animalière de Parrot World a pris la décision d’isoler la femelle pour lui permettre de mettre-bas sans stress et en toute tranquillité. « Le 1er avril, elle a donné naissance à deux petits mâles. La mise-bas s’est déroulée dans de bonnes conditions. » À leur naissance, les petits félins étaient aveugles et n’ont ouvert les yeux qu’à partir de la deuxième semaine. Le vétérinaire et les soigneurs du parc ont évité de les manipuler car les premiers jours de vie sont extrêmement critiques. Cependant, ils ont pu constater que les bébés étaient en parfaite santé et qu’ils tétaient abondamment leur mère. Après une vingtaine de jours, l’équipe animalière a réalisé leur premier examen de santé afin de les pesés et de les pucés. À la mi-avril, les petits jaguars pesaient environ 2,7 kg chacun et continuent de grossir à vue d’œil aujourd’hui. Ils profitent actuellement du deuxième enclos des jaguars de Parrot World, non visible du public, afin de se familiariser sereinement avec leur environnement extérieur, sous l’œil attentif de leur mère, mais basculeront dans le grand enclos du parc très rapidement.

Une naissance très importante pour la conservation de l’espèce

Les naissances de jaguars en parc zoologique sont peu communes et chacune d’entre elles est importante pour la conservation de l’espèce. Dans les parcs zoologiques européens, le jaguar fait l’objet d’un EEP (Programme d’Élevage Européen) coordonner par l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums) et auquel Parrot World et les autres zoos français qui hébergent des jaguars participent. Ce programme récence les jaguars présents en captivité dans les zoos membres de l’EAZA et favorise leur reproduction tout en conservant un capital génétique sain dans le but d’un jour réintroduction des individus dans la nature si l’espèce venait à disparaître. En 2021, six jaguars sont nés sur l’ensemble des parcs zoologiques membres de l’EAZA et seulement deux en 2020. Parrot World joue donc un rôle important car les deux petits jaguars ont un excellent patrimoine génétique qui intéresse vivement le coordinateur de l’EEP. Même s’ils resteront au parc jusqu’à leur maturité, c’est-à-dire autour d’un an et demi, le coordinateur organisera par la suite leur placement dans d’autres établissements zoologiques, toujours dans le but de conserver une population de jaguars saine génétiquement.

Les populations de jaguars auraient chuté de près de 80 % sur les vingt dernières années dans les forêts tropicales d’Amérique du Sud, d’où l’espèce est originaire. « Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le jaguar est classé comme espèce « quasi menacée », explique Eric Vignot, Fondateur de Parrot World et de la Parrot Wildlife Foundation (PWLF). Ces deux naissances au sein de Parrot World représentent un espoir pour la survie de l’espèce, aujourd’hui en danger à cause de la déforestation et du braconnage. » Dans le même esprit de conservation, la PWLF participe activement à la réintroduction des espèces dans leur milieu naturel en finançant des projets tels que la réintroduction des loutres géantes en Argentine avec l’association Rewild Argentina.

Des jaguars noirs ?

Comme chez les panthères, il existe des jaguars de couleur noire. En réalité, ces jaguars noirs ne représentent pas une espèce ou une sous-espèce distincte de jaguar, car il s’agit d’une mutation génétique appelée mélanisme, qui touche environ 6% des jaguars dans le monde et qui leur donne cette couleur particulière. Il est donc possible de rencontrer des jaguars noirs dans la nature, à l’inverse du tigre blanc. D’ailleurs, ils ne sont pas totalement noirs puisqu’on peut distinguer les rosettes sombres sur leur fourrure, notamment au soleil. Et les naissances comportant des individus de couleur différentes sont également peu communes.

À lire également…