Image d'illustration - © Pixabay
Image d'illustration - © Pixabay
Actualités

Des arrivées et des départs d’animaux au PAL

Dans les prochains jours, le PAL va accueillir plusieurs nouveaux pensionnaires pendant que d’autres vont quitter le parc pour de nouvelles aventures.

Comme chaque année, le PAL est fermé au public pour la saison hivernale. Pour autant, la vie du parc animalier continue, peu importe la saison. Et dans le cadre des Programmes d’Élevage Européens (EEP), les équipes du PAL s’organisent pour le transfert d’animaux avec d’autres établissements zoologiques.

Ainsi, le 30 novembre dernier, deux maras (ou lièvres de Patagonie) ont rejoint le PAL en provenance du Parc Zoologique de Paris. Le 6 décembre prochain, un grand koudou devrait arriver de Planète Sauvage pour rejoindre les autres individus déjà présents au parc. Et ce n’est pas tout car cet hiver, le parc devrait également accueillir une femelle girafe de Rothschild , deux antilopes cervicapres et trois cobes de Mrs Gray. Tous ces animaux arriveront d’autres parcs zoologiques français ou européens.

Mais celui qui attirera probablement un peu plus l’attention, c’est le mâle panda roux qui pourrait arriver avant la fin de l’année 2021 en provenance d’un parc zoologique anglais. Pour l’accueillir dans les meilleures conditions, les équipes du parc et les jeunes de l’Académie le PAL ont entrepris quelques modifications dans l’enclos des pandas roux avec le remplacement des structures d’escalade en bois pour en installer de nouvelles. Durant les petits travaux, Naoki, la femelle panda roux déjà présente, a été déplacée ailleurs dans le parc. Avec l’arrivée d’un mâle, le PAL espère voir un couple se former.

À l’inverse, des animaux partiront dans d’autres parcs animaliers à l’image d’un phoque veau marin qui rejoindra la Grande-Bretagne et d’un chien des buissons qui ralliera le Brésil.

Comme le rappelle le PAL, l’objectif de tous ces transferts est de favoriser la reproduction de chacune de ces espèces dont certaines sont menacées dans leur milieu naturel. Ceux-ci évitent la consanguinité et favorisent le mixage génétique pour les populations présentes en captivité. Les transferts se font bien souvent dans le cadre d’un Programme d’Élevage Européen (EEP). « Les parcs zoologiques participant à ces programmes soumettent au coordinateur européen pour accord tout souhait de déplacement d’animaux, indique le parc dans un communiqué. En fonction de l’intérêt de l’espèce en terme de conservation et des caractéristiques génétiques des individus, le coordinateur peut accepter et faciliter ce dernier ou bien recommander une autre destination, ou tout simplement le déconseiller. »

Au PAL, de nombreuses espèces sont concernées par ces programmes d’élevage mis en place par l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums) comme les zèbres de Grévy, les girafes de Rothschild, les chiens des buissons, les lycaons, les chimpanzés, les éléphants d’Asie ou encore les pandas roux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *