© Zoo de Montpellier
© Zoo de Montpellier
Actualités

Trois guépards sont nés au Zoo de Montpellier

Le Zoo de Montpellier a annoncé il y a quelques jours la naissance de trois petits guépards nés il y a seulement quelques semaines.

Une naissance importante

Le 20 octobre 2021, Bastet, une jeune femelle guépard née à Montpellier en 2018 a donné naissance à trois petits. Il s’agit de sa première portée, elle est composée d’un mâle, Demba, et de deux femelles, Duma et Djéhuti. Les trois petits et leur mère se portent très bien, cette dernière étant particulièrement attentionnée envers eux. Pour l’instant à l’abri des regards dans leur loge intérieur, les guépardeaux pourront découvrir leur enclos extérieur dès le retour des beaux jours. Ils resteront aux côtés de leur mère jusqu’à l’âge de l’émancipation, vers 1 an et demi pour le mâle et 2 ans pour les femelles. Une fois cet âge atteint, ils pourront à leur tour se reproduire, à Montpellier ou dans un autre parc zoologique, selon les recommandations du coordinateur européen en charge de l’espèce.

Ce n’est pas la première fois que le Zoo de Montpellier obtient une naissance de guépards puisqu’en 2018, 10 petits avaient vu le jour au cours de l’année. Mais en 2021 en Europe, seuls huit parcs zoologiques ont réussi à reproduire cette sous-espèce de guépard. Les trois petits du Zoo de Montpellier viennent donc renforcer le population de l’EEP (Programme d’Élevage Européen), confirmant également le savoir-faire de l’équipe animalière dans la difficile reproduction des guépards ainsi que la qualité des récentes installations du centre de reproduction du parc.

Le Zoo de Montpellier participe à l’EEP des guépards d’Afrique australe (Acinonyx jubatus jubatus) depuis sa création en 1992. Actuellement, le parc héberge neuf guépards adultes auxquels s’ajoutent les trois nouveau-nés. C’est dans le cadre de ce programme et après les recommandations du coordinateur européen de l’espèce que les équipes du parc ont mis en contact Bastet et Askin. Ces derniers se sont donc accouplés cette année et ont donné naissance aux trois petits.

L’EEP des guépards d’Afrique australe

Un EEP est un programme européen de gestion de populations d’une espèce animale menacée et élevée en captivité. Les EEP sont encadrés par l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums) et mis en œuvre dans les parcs zoologiques membres de l’association. Ils ont pour objectifs de conserver des populations génétiquement diversifiées et viables pouvant, à long terme, mettre en place des réintroductions en milieu naturel si les conditions le permettent. Chaque EEP est dirigé par un coordinateur chargé de donner des directives à chaque établissement sur les transferts et la reproduction de l’ensemble des individus.

En janvier 2021, la population de guépards d’Afrique australe en Europe était composée de 374 individus (186 mâles et 188 femelles) répartit dans 106 établissements zoologiques. L’objectif majeur de l’EEP est de reproduire des lignées génétiques peu représentées pour augmenter la diversité et la viabilité à long terme de la population de guépards d’Afrique australe. La coopération avec les associations de parcs zoologiques japonaise et australasienne (JAZA et ZAA) est également encouragée pour renforcer les populations plus petites hébergées dans ces régions.

Une espèce fragile et menacée de disparition

Le guépard est classé comme « Vulnérable » (VU) sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Selon les estimations, il resterait moins de 8000 guépards dans la nature répartit en plusieurs populations. L’espèce est menacée par de nombreuses activités humaines comme l’expansion des villes et de l’agriculture qui réduisent et fragmentent son habitat, ou encore le braconnage et le commerce illégal des espèces menacées qui fait du guépard un animal de compagnie apprivoisé.

Le guépard a également connu une importante perte de diversité génétique il y a environ 10 000 ans lors de la dernière période de glaciation : suite au décès de nombreux individus, la population actuelle serait issue d’un faible nombre de survivants, entraînant une augmentation de la consanguinité. Cette perte de diversité génétique rend l’espèce de plus en plus vulnérable aux maladies et augmente grandement la mortalité juvénile.

La Ville de Montpellier, dont dépend le Zoo de Montpellier, soutient financièrement le Cheetah Conservation Fund (CCF) sous forme de dons annuels. Cette ONG est la principale organisation mondiale dédiée à la sauvegarde du guépard, elle œuvre à sa protection dans son milieu naturel et est également très impliquée dans l’éducation et l’information des éleveurs, des enseignants et des enfants dans les écoles en mettant l’accent sur les méthodes de sauvegarde de la biodiversité et le rôle du guépard au sein des écosystèmes locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *