Puma

Pour bien l’identifier…

  • Corps élancé et musclé.
  • Pelage épais et uni, variant du beige fauve au brun roux selon les régions ; partie inférieure plus claire.
  • Petite tête dotée de grandes oreilles rondes et pointues.
  • Queue longue et épaisse.
  • Pattes larges et puissantes, plus longues à l’arrière qu’à l’avant, terminées par de grands pieds larges aux griffes rétractiles.
  • Yeux bleus ou jaunes.

Fiche d’identité

Généralités

Le puma est un félin imposant aussi connu sous les noms de cougar et de lion des montagnes. Son poids varie en fonction des régions où il vit, les pumas des régions froides et tempérées étant plus lourds que ceux des régions plus équatoriales.

Répartition et habitat

Le puma est présent sur la grande majorité du continent américain. On le rencontre dans l’ouest de l’Amérique du Nord ainsi que dans une grande partie de l’Amérique du Sud, du Canada à l’Argentine en passant par les États-Unis, le Mexique, le Costa Rica, le Brésil, le Chili et bien d’autres encore. 

Le puma évolue aussi bien dans les régions semi-désertiques que dans les forêts pluviales tropicales, depuis le niveau de la mer jusqu’à plus de 5 000 mètres d’altitude dans la cordillère des Andes. On le trouve également dans les prairies et les zones marécageuses.

Régime alimentaire

Le puma est un prédateur opportuniste, chassant de préférence la nuit ou alors à l’aube et au crépuscule. Il s’attaque surtout à des grands herbivores, souvent plus gros que lui, comme les cerfs (wapitis et cerfs de Virginie), les daims, les mouflons, les caribous et même les orignaux. Il peut aussi chasser des mammifères de taille moyenne ou de petite taille, tels que les pécaris, les tamanoirs, les ragondins, les mouffettes, les singes, les loutres, les ratons laveurs ou des souris et des lièvres.

Pour compléter son régime alimentaire, le puma s’attaque aussi à divers petits invertébrés, lézards, oiseaux, certains poissons ainsi qu’à des prédateurs plus petits ou jeunes, comme les coyotes et les jeunes ours bruns. Ce félin peut également se tourner vers le bétail si ses proies habituelles viennent à manquer.

Le puma chasse généralement en embuscade, s’approchant le plus près possible de sa proie en se cachant derrière les broussailles ou les corniches voire depuis un arbre. Il lui bondit ensuite sur le dos à l’aide d’un grand saut et la tue d’une puissante morsure au crâne ou à la gorge. Étant assez rapide, il arrive parfois que le puma poursuive sa proie sur une courte distance pour l’attraper.

Mode de vie et reproduction

Comme de nombreux félins, le puma est un animal aux mœurs solitaires et territoriales, étant assez difficile à observer dans son milieu naturel. Mâles et femelles possèdent chacun des territoires délimités et ne se côtoient réellement qu’à la période de reproduction, qui peut avoir lieu toute l’année. Les mâles en particulier marquent leur territoire, beaucoup plus vaste que celui des femelles, avec leur urine, leurs déjections et les odeurs qu’ils laissent un peu partout grâce à leurs glandes.

Après une gestation d’environ 3 mois, la femelle donne naissance à une portée de 1 à 6 chatons (généralement 2 ou 3) dans une tanière, qu’elle élèvera seule pendant un à deux ans. Il arrive cependant que les jeunes pumas passent les premiers mois de leur vie sans leur mère pour être plus forts. Les petits naissent aveugles et recouverts d’un pelage brun jaune plus foncé que celui de leur mère et ponctué de points noirs, ce qui leur procure un camouflage efficace pour échapper aux prédateurs. Les taches commencent à disparaître dès 3 à 4 mois avant de s’estomper complètement vers 16 mois.

Menaces et conservation

Le puma est un animal discret qui évite généralement tout contact avec les humains et dont la présence permet de réguler efficacement les populations d’herbivores. Cependant, à travers toute son aire de répartition, ce félidé est abattu ou empoisonné par les éleveurs qui le considèrent comme un danger pour leurs troupeaux. Le puma est également braconné pour en faire un trophée de chasse. À cela s’ajoute la perte et la dégradation progressive de son habitat, dues à l’expansion urbaine et agricole.

Toutefois, le puma est capable de s’adapter facilement à un grand nombre de changements au sein de son environnement et ses effectifs, bien qu’étant en baisse, restent malgré tout importants. L’espèce n’est donc pas considérée comme menacée d’extinction, l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) la classant en « Préoccupation mineure » (LC).

Le saviez-vous ?

  • Le puma est un excellent sauteur. Sans élan, il peut bondir jusqu’à 5 mètres de haut et 12 mètres de long ! Il est aussi très rapide à la course, pouvant dépasser les 70 km/h sur de courtes distances.
  • Le puma ne rugit pas comme le lion mais il miaule à la manière du chat ! Il peut également émettre des gémissements et des ronronnements suivant les circonstances.

En parc zoologique

Le puma n’est présent que dans une poignée de zoos en France. Consultez la liste des parcs zoologiques français qui hébergent cette espèce.

Le puma ne fait ni l’objet d’un EEP (Programme Européen pour les Espèces menacées), ni d’un ESB (Stud-Book Européen).

Articles similaires