Mammifères

Rhinocéros noir

> Généralités

Malgré son nom, le rhinocéros noir est de couleur plutôt gris foncé. Il se distingue physiquement du rhinocéros blanc par sa taille un peu plus réduite et sa lèvre supérieure pointue et préhensile avec laquelle il saisit les feuilles dont il se nourrit.

Comme son cousin africain, il possède lui aussi 2 cornes constituées de kératine, la même matière que nos ongles et nos cheveux.

> Répartition et habitat

Le rhinocéros noir fréquente les prairies, les savanes d’arbustes épineux ainsi que les zones boisées d’Afrique subsaharienne, du Kenya jusqu’à l’Afrique du Sud, en passant par le Rwanda, le Soudan du Sud, la Tanzanie, la Zambie, le Mozambique, le Zimbabwe, le Malawi ou encore le Swaziland. Il vit toujours à proximité de points d’eau.

> Régime alimentaire

À la différence du rhinocéros blanc qui est un brouteur, le rhinocéros noir est folivore, c’est-à-dire qu’il se nourrit surtout de feuilles. Il les cueille sur les arbustes et les buissons à l’aide de sa lèvre supérieure préhensile.

Cette dernière, très mobile, permet au pachyderme de saisir aisément les branches épineuses sans se blesser.

> Vie sociale et reproduction

Comme tous les rhinocéros, le rhinocéros noir est un animal solitaire, mâles et femelles ne se rencontrant que lors de la période de reproduction. Cette dernière peut avoir lieu toute l’année et des combats violents s’observent alors entre des mâles rivaux.

Après une gestation de 15 à 16 mois, la femelle donne naissance à un unique petit, sans corne, pesant environ 25 kg. Celui-ci sera allaité par sa mère pendant 2 ans, période durant laquelle la femelle peut se montrer très agressive pour défendre son petit contre tout danger. Le jeune atteindra sa maturité sexuelle à 5 ans s’il s’agit d’une femelle et à 8 ans si c’est un mâle.

> Menaces et conservation

À l’instar de tous les rhinocéros, le rhinocéros noir est gravement menacé par le braconnage pour ses cornes, revendues à prix d’or sur le marché de la médecine traditionnelle asiatique. Rappelons que leurs soi-disant vertus médicinales n’ont jamais été prouvées scientifiquement…

Ce colosse est aussi menacé par la destruction de son habitat naturel. En 1995, on ne dénombrait plus que 2 300 rhinocéros noirs, mais des campagnes anti-braconnage associées à la création de réserves ont permis de faire remonter les effectifs de l’espèce à plus de 3 000 individus aujourd’hui.

Malgré cette hausse des populations, le rhinocéros noir reste actuellement classé « En danger critique d’extinction » (CR) sur la liste rouge de l’UICN.

> En parc zoologique

Le rhinocéros noir est beaucoup moins représenté que son cousin le rhinocéros blanc, puisqu’il n’est hébergé que dans seulement 2 parcs zoologiques en France !

L’espèce fait l’objet d’un Programme Européen pour les Espèces menacées (EEP), géré par le Zoo de Chester, en Angleterre.

 

Articles similaires