© Corinne Puch
Mammifères

Siamang

> Généralités

Reconnaissable à son épaisse fourrure noire, le siamang (ou gibbon siamang) est le plus grand de tous les gibbons. C’est aussi celui qui émet le chant le plus puissant grâce à une particularité physique que lui seul possède parmi les gibbons : un sac laryngien, situé au niveau du cou. 

Cette poche gutturale se gonfle lorsque l’animal crie et joue alors le rôle d’un amplificateur en augmentant la puissance du chant. Le siamang peut ainsi être entendu à plusieurs kilomètres de distance !

> Répartition et habitat

Le siamang se rencontre dans le sud-est de l’Asie, plus précisément en Malaisie, sur l’île de Sumatra en Indonésie et dans une petite partie de la Thaïlande.

Il vit exclusivement dans les forêts tropicales humides primaires et secondaires. On le trouve en plaine comme en montagne, jusqu’à 3 800 mètres d’altitude.

Ce singe évolue dans la canopée, c’est-à-dire la partie supérieure des arbres. Comme tous les gibbons, le siamang se déplace par brachiation, un mode de locomotion consistant à se balancer de branche en branche. Pour cela, il utilise ses longs bras pouvant être jusqu’à 2,5 fois plus long que son corps ! Il peut ainsi effectuer des bonds impressionnants de 8 mètres de haut et de 15 mètres entre deux branches !

> Régime alimentaire

Le siamang passe le plus clair de son temps à se nourrir. Il consomme principalement des feuilles et des fruits mais peut aussi manger des fleurs et des graines. Parfois, il chasse même de petits animaux comme des insectes, des lézards ou des oiseaux (des œufs également).

Les chercheurs ont constaté que le siamang consommait surtout des feuilles en Asie continentale, dans des proportions plus élevées que tout autre gibbon, alors qu’il préfère les fruits à Sumatra. Cela lui confère une bonne adaptabilité à son environnement.

> Vie sociale et reproduction

Comme tous les gibbons, le siamang est un animal fidèle vivant en couple monogame ou en petits groupes familiaux, composés d’un couple reproducteur et de leurs jeunes. Ce sont des singes territoriaux qui vivent sur des territoires délimités à l’aide de leurs chants puissants. Le mâle affrontera n’importe quel intrus qui y pénètrera.

Les siamangs peuvent se reproduire tout au long de l’année. La gestation dure entre 7 et 8 mois au bout desquels la femelle met au monde un unique petit tous les 2 à 3 ans, même si de rares cas de naissances gémellaires ont déjà été observés. 

Le petit reste constamment accroché au ventre de sa mère durant les 3 à 4 premiers mois de sa vie. Après cette période, tous les membres du groupe (la mère, le père et les jeunes des précédentes portées) participent à l’élevage du petit.

Le jeune siamang sera totalement sevré aux alentours de ses 2 ans mais restera dans son groupe natal jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans, avant de conquérir un nouveau territoire et d’y fonder sa propre famille.

> Menaces et conservation

Comme la totalité des espèces de gibbons, le siamang est une espèce menacée dans son milieu naturel. Il est classé « En danger d’extinction » (EN) sur la liste rouge de l’UICN. Les effectifs de l’espèce voient leur tendance à la baisse mais restent inconnus à l’heure actuelle.

Comme beaucoup de primates, le siamang est victime du braconnage pour fournir le commerce illégal des animaux de compagnie exotiques. Les braconniers tuent la mère et récupèrent les petits pour les vendre comme animaux dits de compagnie, en étant détenus dans de très mauvaises conditions…

Une autre menace d’ampleur met en péril la survie du siamang : la déforestation. À Sumatra, par exemple, elle a causé une réduction de 40 % du milieu de vie du primate entre 1995 et 2000, au profit de l’exploitation forestière, de la conversion des terres en cultures de café et de palmiers à huile notamment et de la construction de voies de communication.

Ces activités humaines ont engendré une perte de près de la moitié des effectifs du siamang ces 40 dernières années.

> En parc zoologique

Le siamang est présent dans une douzaine de zoos en France. Découvrez la liste des parcs zoologiques qui hébergent des siamangs.

L’espèce fait l’objet d’un Programme Européen pour les Espèces menacées (EEP), géré par le Zoo de Twycross, en Angleterre.

 

Articles similaires