© Zoo de la Flèche
© Zoo de la Flèche
Actualités

Du mouvement chez les ours polaires en France

Ces derniers jours, il y a eu du mouvement chez les ours polaires dans les parcs zoologiques français. Petit résumé de la situation.

Dans le cadre du programme d’élevage européen (EEP) visant à la conservation des ours polaires, plusieurs individus ont été transférés ces derniers jours entre les différents parcs zoologiques du continent. C’est le cas notamment au Zoo de la Flèche qui a inauguré cet été un tout nouvel espace pour la reproduction du plus grand carnivore terrestre de la planète.

Un départ et deux arrivées au Zoo de la Flèche

En juillet dernier, le Zoo de la Flèche inaugurait un tout nouvel espace, la Terre des ours polaires. L’ancien enclos avait été totalement repensé pour s’agrandir et atteindre plus d’1 hectare regroupant deux espaces différents ainsi qu’une tanière de maternité et un nouveau bâtiment de nuit. C’est dans ce cadre mais aussi celui du programme d’élevage européen (EEP) que le parc a accueilli Quintana en juin dernier, une femelle en provenance du zoo de Hellabrunn en Allemagne. Malheureusement, Taïko, le mâle déjà présent au parc depuis 2013 et star de l’émission « Une saison au zoo« , a dû quitter le parc ce lundi 9 novembre.

« Issu d’une lignée d’ours très représentée au sein de la communauté européenne des parcs zoologiques EAZA, nous présagions que Taïko ne serait pas autorisé à se reproduire afin de permettre à d’autres lignées de se développer et ainsi assurer un brassage génétique essentiel à la pérennité de la population des Ours polaires » peut-on lire dans le communiqué du parc sur sa page Facebook.

 

C’est pour cette raison que le programme de conservation a décidé de faire partir Taïko vers le zoo de Budapest en Hongrie, où il restera quelques mois avant de rejoindre un autre parc (en dehors de l’Europe) et ainsi se reproduire là où ses gènes ne sont pas représentés.

Ce triste départ, pour les équipes du parc mais également pour les passionnés et les amoureux de l’émission (qui n’ont d’ailleurs pas manqué de le faire savoir sur les réseaux sociaux), permet au Zoo de la Flèche d’accueillir un nouveau mâle, Aaron âgé de 3 ans. Il a débarqué du Tallinn Zoo en Estonie il y quelques jours et pourra prochainement former un couple avec Quintana.

L’arrivée de deux mâles au Zoo de CERZA

Dans le même temps, le CERZA en Normandie, qui héberge déjà deux femelles, Nicky et Mona, dans un complexe de plus de 2 hectares (sans conteste l’un des meilleurs d’Europe pour des ours polaires), vient d’accueillir deux mâles, Nissan et Pixel en provenance du Yorkshire Wildlife Park en Angleterre. Ils sont âgés de 7 et 8 ans et sont arrivés au CERZA eux aussi dans le cadre du programme européen de reproduction.

A noter que le parc avait hébergé Nanuq durant quelques temps en provenance du Zoo de Mulhouse où elle avait grandi, et qui devait rejoindre le Zoo de la Flèche mais c’est finalement Quintana qui a obtenu le feu vert du coordinateur européen de l’espèce, chargé de gérer la population d’ours polaire en Europe. Nanuq est partit il y a quelques semaines vers le zoo de Munich en Allemagne où elle vient de fêter ses 4 ans en compagnie de sa nouvelle colocataire … Nanook ! Pour éviter la confusion entre les deux ourses, il a été décidé de renommer Nanuq pour l’appeler désormais Nuna.

 

Difficile de suivre tous ces mouvements entre parcs zoologiques, il faut tout de même insister sur le fait que ces échanges se font dans le cadre d’un programme européen d’élevage visant à la conservation des espèces et permettent de maintenir des populations saines et viables en captivité. Le choix de déplacer tel ou tel animal ne se fait pas de façon hâtive mais résulte bel et bien de mûres réflexions et de longues études de la génétique de chaque individu, toujours dans un but conservatoire. On assiste régulièrement à ce type de mouvements et pour de très nombreuses espèces durant toute l’année.

6 commentaires

  1. Un_Nainbecile a dit :

    Bonjour, j’habite a Singapour et le zoo de Singapour avait autrefois un ours polaire. Je me demandais si il était possible que Taiko se retrouve à Singapour, je ne trouve pas d’information sur le sujet alors je me demandais si vous aviez des informations.
    Merci.

    1. Bonjour, le Zoo de la Flèche avait évoqué l’éventualité d’un départ de Taïko vers l’Australie ou un pays asiatique à l’avenir, là où ses gènes ne sont pas représentés. Si Singapour pourrait faire partie des destinations, il me semble que le parc prévoit de transformer la zone où se situait l’ours polaire et par conséquent, n’envisage pas d’en accueillir de nouveau pour le moment, mais cela reste à confirmer.

  2. Minnebois anita a dit :

    J’aimerais continuer d’avoir des nouvelles de TAÏKO où qu’il se retrouve dans le monde soit part petites tranches, soit dans un reportage Spécial comme celui de son départ. Car au travers de ses émissions, ces animaux qui rentrent dans nos foyers vous font quand même gagner de L’ARGENT.
    Je vous remercie de votre compréhension.

    1. Bonjour, avant toute chose, vous êtes sur un site d’actualités des parcs zoologiques français, il ne s’agit que d’un relais de leurs actualités et celui-ci fonctionne de façon totalement bénévole. Le départ de Taïko a visiblement beaucoup marqué les esprits. Je pense que le Zoo de la Flèche ne manquera pas de parler de lui dans les semaines et les mois qui viennent, mais comme l’article le dit, il ne s’agit pas d’une décision du Zoo de la Flèche mais du coordinateur européen de l’espèce, qui place les animaux en fonction des besoins notamment au niveau de la reproduction. C’est le cas pour de très nombreux animaux dans les parcs zoologiques durant toute l’année et c’est ce qui s’est passé pour Taïko. Ses gènes étant suffisamment représentés dans la population d’ours polaire en Europe, son départ semblait inévitable pour obtenir de la reproduction au Zoo de la Flèche.

  3. Pouvez vous donner des nouvelles de Taïko…depuis son départ du zoo de la Fleche. Merci

    1. Bonjour, actuellement Taïko est au Zoo de Budapest et à priori tout va bien pour lui. Je vous invite à vous rapprocher du parc pour peut-être obtenir plus d’informations à son sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *