© CERZA
© CERZA
Actu à la une, Actualités

Une femelle rhinocéros indien est née au CERZA

Pour le CERZA, l’année 2021 est très riche en naissances et le parc a annoncé il y a quelques jours une nouvelle naissance exceptionnelle ; celle d’une femelle rhinocéros indien.

Une petite femelle « toute mignonnne »

Le 5 octobre 2021, Winona et Albrecht, le couple de rhinocéros indiens du CERZA, sont devenus parents pour la quatrième fois. « C’est une femelle ! », indique Frédéric Houssaye, responsable de la conservation au CERZA. « Elle n’a pas encore de prénom mais les soigneurs vont en trouver et on votera en interne. Elle a déjà des oreilles bien poilues, elle est toute mignonne, avec une peau un peu violacée car pas du tout tannée par le vent, par la pluie, par le soleil donc elle a une peau neuve mais avec les plis bien marqués comme les adultes. » La petite femelle a vu le jour à 18h32 très précisément, sous un système de vidéo surveillance mais aussi sous les yeux des quelques soigneurs encore présents à ce moment là. Aujourd’hui, la petite et sa mère effectuent déjà des sorties en extérieur. « Elle est déjà sortie depuis une quinzaine de jours car nous avons des températures qui sont assez bonnes et nous pouvons nous permettre de la laisser dehors avec sa mère. » Même si elles ne sortent pas, elles sont visibles à travers les vitres de leur bâtiment intérieur, lorsque les températures extérieurs se font plus fraîches.

Durant les 16 à 17 mois que compte la gestation chez la femelle rhinocéros indien, Winona était de toutes les attentions de la part de ses soigneurs et de sa vétérinaire. La mise-bas s’est faite sans encombre et la petite rhinocéros se porte aujourd’hui très bien. « Tout s’est très bien passé, il s’agit déjà du quatrième bébé de notre femelle Winona, donc nous étions plutôt serein, poursuit Frédéric Houssaye. Cependant, la petite femelle est arrivée par le siège, les pattes arrières en premier, c’est assez inhabituel mais tout s’est très bien déroulé. » Chez le rhinocéros indien, le bébé pèse entre 45 et 60 kg à la naissance et grossit d’environ 2 kg par jour grâce aux 3 à 4 litres de lait qu’il consomme quotidiennement. L’allaitement durera environ 1 an mais la petite femelle aura déjà commencé à consommer des aliments solides autour de ses 2 mois.

Un quatrième bébé pour une espèce qui se plaît en Normandie

Au CERZA, les naissances de rhinocéros indiens vont bientôt devenir monnaie courante. Winona et Albrecht ont eu quatre petits ensemble depuis maintenant 11 ans. « Notre couple de rhinocéros indiens a déjà eu quatre petits au CERZA dont Manas qui est né en 2010 et qui est le premier rhinocéros indien à naître en France. Il vit aujourd’hui au Zoo de Wroclaw en Pologne et cette année, il a eu lui aussi un petit. Winona et Albrecht sont donc devenus grands-parents, se réjouit Frédéric Houssaye. Et cette année, il n’y a que deux parcs qui ont reproduits le rhinocéros indien en Europe ; le Zoo de Wroclaw et le CERZA. » Depuis Manas, Winona a également donné naissance à Ranga en janvier 2013, une femelle qui est malheureusement décédée quelques mois après sa naissance. Puis en 2016, une autre femelle prénommée Sundara a vu le jour. Elle vit aujourd’hui sa vie de jeune adulte dans un autre parc zoologique français. « Sundara est partit au Parc animalier de Branféré en 2020 et ça se passe très bien là-bas pour elle. »

Le CERZA présentent des rhinocéros indiens depuis 1999. « Au départ, nous avions Winona et un autre mâle qui est parti en 2001 car il n’était pas trop compatible avec le caractère de notre femelle. Après son départ, la même année, nous avons fait venir Albrecht, notre mâle actuel. » Albrecht, qui est né en Allemagne, est aujourd’hui âgé de 22 ans tandis que Winona est née en Belgique en 1995.

La reproduction du rhinocéros indien en parc zoologique

La petite femelle rhinocéros du CERZA qui vient seulement de voir le jour va donc paisiblement grandir dans le parc zoologique normand avant, peut-être, de partir pour un autre parc. Car tous les rhinocéros indiens présent dans les zoos européens font partie d’un Programme d’Élevage Européen (EEP), dans lequel le CERZA est inscrit, qui permet de limiter la consanguinité entre les individus et d’augmenter la diversité génétique de la population en captivité. C’est ce programme qui pourrait l’amener à quitter la Normandie une fois adulte vers une autre destination en Europe. « Tout cela va dépendre du programme d’élevage et de ses besoins, en général, les petits partent autour de 2 ans et demi ou 3 ans, peut-être qu’elle restera au parc. »

Et ce ne serait pas un problème car même si le rhinocéros indien est un animal solitaire et que la mère et la fille devront tôt ou tard être séparées, tout est déjà bien organisé au CERZA. « Vers ses 2 ans et demi, la petite et sa mère auront chacune leur loge, chacune leur enclos extérieur, mais pour ça nous avons encore le temps de voir venir, indique Frédéric Houssaye. Nous avons trois enclos extérieurs et trois loges à l’intérieur pour bien séparer tout le monde. » Lors d’une naissance, comme dans la nature, le mâle ne participe pas à l’élevage du petit. « La mère et le père sont constamment séparés sauf lorsque la femelle est en chaleur. La dernière fois qu’Albrecht était avec Winona c’était il y a 17 ou 18 mois. » Chez le rhinocéros indien, la femelle peut commencer à se reproduire à partir de 6 ou 7 ans, elle est plus mature que le mâle qui commence vers l’âge de 8 ou 9 ans. Actuellement, l’espérance de vie d’un rhinocéros indien en parc zoologique est de 40 à 45 ans. « Dans la nature, ce pourrait être autour de 35 ans mais il y a beaucoup plus de variables sur les animaux dans la nature que dans les parcs zoologiques. Le braconnage est une grosse variable par exemple. »

Le CERZA s’engage pour la conservation du rhinocéros indien

Justement, toutes les espèces de rhinocéros sont menacées dans leur milieu naturel et risquent aujourd’hui de disparaître. Selon les différentes études, on estime la population de rhinocéros indien à environ 3500 individus. L’espèce est classée « Vulnérable » (VU) sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Elle est menacée par le braconnage mais aussi par la modification brutale de son environnement. « Il faut savoir que près de 85% des rhinocéros indiens vivent dans le Parc National de Kaziranga en Inde, essentiellement autour du Brahmapoutre, un fleuve au Nord-est du pays. Ce fleuve gonfle chaque année à cause de la fonte des neiges et va ensuite inonder toutes les zones humides qui se trouvent autour, là où vivent les rhinocéros. C’est un gros souci car des individus peuvent se retrouver bloqués et mourir », déplore Frédéric Houssaye. Depuis 2008, le CERZA soutient un projet de conservation en Inde, via son association CERZA Conservation, et qui consiste à déplacer des rhinocéros du Parc National de Kaziranga vers le Parc National de Manas, une zone où ils se reproduisent bien et où ils sont moins menacés. « Nous avons donné plus de 75 000 € à ce projet pour pouvoir transloquer des rhinocéros. Il ne s’agit pas d’une réintroduction de rhinocéros dans la nature mais bien d’un transfert, c’est la même chose pour les ours bruns que l’on transfert de la Slovénie jusqu’à la France. »

Au delà de la reproduction des espèces menacées, l’un des principaux rôles des parcs zoologiques modernes est la participation, notamment financière, à des programmes de conservation in situ (dans le milieu naturel), un rôle bien souvent mis de côté lorsqu’il s’agit de discuter de l’utilité des zoos. « C’est chouette, cela montre que nos missions fonctionnent. On voit bien que les zoos ne sont pas là que pour avoir des visiteurs, ils sont là aussi pour financer tous ces projets dans la nature. On ne parle peut-être pas assez de tout ce travail là qui est très important. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *