© ZooParc de Beauval
© ZooParc de Beauval
Actualités

Beaucoup de bébés au Zoo de Beauval pour la Toussaint

Avec plus de 900 naissances par an, le ZooParc de Beauval est la plus grande maternité d’animaux sauvages de France. Et pour les vacances de la Toussaint, il y en a quelques-uns à aller observer.

Gloria, le bébé hippopotame

C’est la 1ère naissance d’un bébé hippopotame à Beauval. Le 7 juin, Bolinhas l’une des femelles a mis au monde Gloria, 38 kilos à la naissance et qui en pèse aujourd’hui près de 130. Elle grandit bien et atteindra près d’1,5 tonne à l’âge adulte. Comme dans la nature, sa mère l’a aidée à remonter à la surface de l’eau pour respirer quand elle nageait. Désormais, Gloria se débrouille à merveille dans l’immense bassin de la Réserve des Hippopotames, dans lequel il est possible de l’observer nager grâce à une vitre de 22m de longueur. L’hippopotame amphibie est classé Vulnérable (VU) sur la liste rouge de l’UICN.

Wooli, une petite femelle koala

Les seuls koalas de France s’épanouissent toujours autant à Beauval puisqu’il s’agit déjà du 8ème bébé né depuis leur arrivée en 2002. Wooli est née fin décembre mais elle est timidement sortie entièrement de la poche de Genoa, sa mère fin juin. Désormais, elle ne peut plus rentrer dans la poche et passe son temps accrochée à sa maman, sur son dos ou son ventre. Cet été, elle a pu goûter à ses premières feuilles d’eucalyptus sur les branches fraîches déposées par les soigneurs dans l’habitat des koalas. Mais avant cela, elle a d’abord manger une sorte de bouillie, produite par sa mère et fait de ses excréments, ce qui est plus facile à ingérer pour le bébé, d’autant plus qu’ils contiennent les bonnes bactéries d’aide à la digestion de l’eucalyptus, cette plante spécifique. Wooli, sa mère et le groupe de koalas, dont l’espèce est également classée Vulnérable (VU) sur la liste rouge de l’UICN, sont donc visibles dans la serre australienne.

De nombreux autres bébés

Parmi les autres naissances importantes de Beauval cette année, il y a de nombreux autres bébés à découvrir encore cet automne :

  • Le 1er bébé condor des Andes né à Beauval depuis l’installation du couple il y a 7 ans. Il est né en août et il est visible dans la volière qu’il partage avec ses parents. L’espèce est classée Quasi menacée (NT) sur la liste rouge de l’UICN.
  • Deux bébés pumas, Tekoa et Raya (1 mâle et une femelle), nés le 13 juin dernier. L’espèce est classée en Préoccupation mineure (LC) sur la liste rouge de l’UICN.
  • Gus, un bébé fourmilier né le 19 juillet dernier. Il est visible en extérieur l’après-midi avec sa mère si les températures le permettent. L’espèce est classée Vulnérable (VU) sur la liste rouge de l’UICN.
  • Deux bébés kangourous arboricoles nés fin décembre 2019 de 2 mères différentes. L’espèce est classée En danger d’extinction (EN) sur la liste rouge de l’UICN.
  • Dans la plaine africaine, 2 petits gnous à queue noire (classée en Préoccupation mineure (LC) sur la liste rouge de l’UICN) ainsi qu’une petite femelle zèbre de Grévy appelée Martie et née le 13 juin (classée En danger d’extinction (EN) selon l’UICN).
  • Une petite femelle bongo, une espèce d’antilope africaine classée Quasi menacée (NT) sur la liste rouge de l’UICN. Elle s’appelle Djulia et elle est née le 21 août dernier, sous les yeux des visiteurs.
  • De nombreux autres naissances telles que 11 raies Jabuti, 1 tatou à trois bandes, 3 pélicans blancs, 24 phasmes bleu de Madagascar, un bébé magot, 4 suricates, 2 tamarins pinchés ou encore 2 oustitis pygmées mais également un petit lamantin en début d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *