© Stéph Anie
© Stéph Anie
Actualités

Naissance d’un bébé bonobo à la Vallée des Singes

Seul parc animalier français à présenter des bonobos, la Vallée des Singes vient de voir naître un nouveau bébé il y a quelques jours.

11 naissances en seulement 10 ans

À peine 10 ans après la naissance du tout premier petit bonobo en France, Moko, la Vallée des Singes annonce la venue au monde d’un 11ème petit. Depuis l’arrivée du groupe au parc, la Vallée des Singes reste le seul établissement zoologique en France où il est possible d’observer cette espèce de grand singe. « Ce sont toujours des naissances exceptionnelles, la reproduction chez cette espèce de grands singes est très lente », précise le parc dans un communiqué. En effet, chez le bonobo, la femelle ne peut donner naissance qu’à un seul petit d’à peine 1 kg tous les 5 ans environ et après une gestation de 8 mois et demi. Le dernier-né a vu le jour le 3 avril 2022 aux alentours de 14h, sous les yeux de visiteurs chanceux et des équipes du parc. Ukela, 36 ans et reine du groupe de bonobos, a mis au monde un petit mâle, son troisième bébé, bien entourée par tout son groupe. « C’est en fin de matinée que les premiers signes de travail ont alerté les soigneurs, Ukela a alors commencé à prendre des postures inhabituelles qui correspondent aux contractions, ajoute le parc. Des moments intenses en émotion puisque le reste du groupe entoure la future maman et l’assiste durant l’évènement. » Durant les prochaines semaines et les prochains mois, les soigneurs et vétérinaires de la Vallée des Singes vont rester bien attentifs au bien-être de la mère et de son petit.

La Vallée des Singes, référence en la matière

La reproduction des bonobos est une très grande réussite pour la Vallée des Singes. Avec cette nouvelle naissance, le parc héberge désormais un groupe de 19 bonobos, le plus important groupe en captivité dans le monde. Depuis leur arrivée en 2009, les bonobos ne sont visibles qu’à la Vallée des Singes en France. Pour accueillir un tel groupe, le parc a aménagé un territoire de vie unique comprenant un espace boisé de plus d’un hectare et d’un bâtiment de 900m² leur permettant d’évoluer paisiblement sous les yeux des visiteurs. L’intérieur du bâtiment comprend également plusieurs espaces pour permettre aux soigneurs de séparer les individus en fonction de la constitution des groupes mais surtout pour éviter toute reproduction entre deux animaux apparentés. Les nombreuses naissances de ces dernières années et le succès du transfert de 9 bonobos vers le Zoo de Rhenen au Pays-Bas en octobre 2021, font de la Vallée des Singes une référence pour le suivi des bonobos mais aussi pour celui des primates en général.

Un grand singe en danger d’extinction

Le bonobo, originaire de République Démocratique du Congo, est souvent confondu avec le chimpanzé dont il est très proche. Il est cependant plus fin et plus léger. Dans les groupes, ce sont les femelles qui dominent, les mâles restent sous la protection de leur mère toute leur vie mais sont plus en retrait. Les naissances de bonobos dans les parcs zoologiques comme la Vallée des Singes sont extrêmement importantes pour la conservation de l’espèce, très peu représentée en captivité et très menacée dans son milieu naturel. Le bonobo est actuellement classé « En danger d’extinction » (EN) sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Selon les estimations, il pourrait ne rester qu’entre 5 000 et 20 000 individus dans la nature et leur situation ne s’améliore pas subissant notamment le braconnage et la diminution de leur habitat.

En Europe, le bonobo est inscrit dans l’un des nombreux Programmes Européens pour les Espèces Menacées (EEP), encadrés par l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums), qui gèrent les espèces rares ou en voie de disparition. Comme pour chacune de ces espèces, un coordinateur est chargé de suivre la généalogie de chaque bonobo hébergé dans l’un des 10 parcs zoologiques européens qui présentent l’espèce. Pour la Vallée des Singes, au delà d’une participation active à sa reproduction en captivité, l’objectif est aussi de sensibiliser les visiteurs à la protection de cette espèce emblématique et menacée dans son milieu naturel. Au travers de son association, Le Conservatoire pour la Protection des Primates, la Vallée des Singes soutient l’ONG Mbou Mon Tour en République Démocratique du Congo avec près de 200 000 € reversés à l’association pour la sauvegarde des bonobos in situ*.

*La conservation ex situ signifie en dehors du milieu naturel tandis que la conservation in situ est mise en place directement dans le milieu naturel de l’espèce en question.

À lire également…