© Bioparc de Doué-la-Fontaine
Oiseaux

Ara hyacinthe

Pour bien l’identifier…

  • Le plus grand de tous les perroquets.
  • Plumage entièrement bleu-violet.
  • Cercle jaune éclatant autour des yeux et une tache de même couleur à la base de la mandibule inférieure du bec.
  • Gros bec noirâtre et crochu, extrêmement puissant.

Fiche d’identité

Généralités

Reconnaissable à son magnifique plumage bleu cobalt, l’ara hyacinthe est la plus grande espèce de perroquet de la planète. Il peut atteindre 1 mètre de long de la tête jusqu’à l’extrémité de la queue !

Il peut parfois être confondu avec deux autres espèces très proches et du même genre : l’ara de Lear (Anodorhynchus leari) et l’ara glauque (Anodorhynchus glaucus), quasiment éteint à l’état sauvage.

Répartition et habitat

L’ara hyacinthe vit en groupe composé de quatre à vingt individus, dans les forêts d’Amérique du Sud, principalement au Brésil (Pantanal et Cerrado), en Bolivie et au Paraguay.

Il affectionne les forêts de palmiers moyennement boisées, parsemées de broussailles, les savanes et les prairies.

Régime alimentaire

Comme bon nombre d’espèces de perroquets, l’ara hyacinthe se nourrit de divers fruits et graines. Il raffole tout particulièrement des noix de différentes variétés de palmiers, qu’il prélève dans les arbres ou ramasse par terre.

Il lui arrive même de sonder les déjections du bétail pour récupérer les restes indigestes. Il mange également des figues et occasionnellement des mollusques aquatiques.

Mode de vie et reproduction

Selon leur aire de répartition en Amérique du Sud, les aras hyacinthes peuvent nicher dans la cavité d’un arbre, dans une souche ou dans les parois d’une falaise.

La période de nidification s’étale de juillet à décembre (toujours selon l’aire de répartition), la femelle pond entre 1 et 3 œufs, plus communément 1 ou 2 qu’elle va couver de 25 à 30 jours.

Les petits sont nidicoles et ne quittent le nid pour s’envoler que vers l’âge de 3 mois. La maturité sexuelle est atteinte entre 4 et 6 ans pour les mâles et les femelles.

Menaces et conservation

Mise à part l’homme, seule la harpie féroce pourrait représenter une menace pour l’ara hyacinthe.

Autrefois très commun, il est aujourd’hui victime de la dégradation de son habitat qui fragmente les populations et réduit la diversité génétique, de la capture pour en faire un oiseau de compagnie et de la chasse pour ses plumes qui servent d’ornement pour des chapeaux.

Ses effectifs sont passés de 100 000 à moins de 2 000 individus en quelques décennies. L’ara hyacinthe est actuellement classé « Vulnérable » (VU) sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Le saviez-vous ?

L’ara hyacinthe est doté du bec le plus puissant parmi tous les perroquets, ce dernier étant capable de briser tous types de noix ! Il s’en sert également comme d’une patte pour grimper aux arbres.

En parc zoologique

Une douzaine de parcs zoologiques français présentent des aras hyacinthes. Consultez la liste des zoos qui hébergent cette espèce en France.

L’ara hyacinthe fait l’objet d’un EEP (Programme Européen pour les Espèces menacées), coordonné par Pairi Daiza, en Belgique.

Articles similaires