©Parc Animalier de La Barben
Oiseaux

Casoar à casque

> Généralités

Le casoar à casque est un oiseau coureur tout comme l’autruche. À l’apparence de dinosaure, cet étrange oiseau est facilement reconnaissable à son long plumage noir et rêche, son cou bleu où pendent deux fanons rouge vif, ainsi qu’à son « casque », une protubérance cornée constituée de kératine (la même matière que nos ongles).

La fonction de ce « casque » est encore mal connue, mais des observations en zoos laissent toutefois penser que l’oiseau pourrait s’en servir comme une « pelle » dans la recherche de nourriture, pour se frayer un chemin dans la végétation dense ou encore pour se défendre. Il pourrait également jouer un rôle dans les vocalisations, agissant comme une caisse de résonance en amplifiant les sons émis par les individus.

> Répartition et habitat

Le casoar à casque fréquente les forêts tropicales denses à une altitude maximale de 1 100 m. Il lui arrive aussi de s’aventurer dans les savanes et les forêts à tendance marécageuses.

On le rencontre principalement en Nouvelle-Guinée et au nord-est de l’Australie, ainsi que sur les îles indonésiennes de Ceram et Aru où il a probablement été introduit.

> Régime alimentaire

Le casoar à casque est essentiellement frugivore, c’est-à-dire qu’il se nourrit de fruits, d’environ 75 espèces différentes de plantes. Il consomme surtout ceux tombés au sol mais peut aussi les cueillir directement sur les branches basses.

Ses fientes sont ainsi pleines de graines qui régénèrent régulièrement la végétation de son habitat ! Cet oiseau peut parfois compléter son régime alimentaire avec des champignons, des insectes ou encore des petits reptiles.

> Vie sociale et reproduction

La saison de reproduction des casoars à casque a lieu en hiver, lorsque les fruits abondent. Ce sont des oiseaux polyandres, ce qui signifie que les femelles vont s’accoupler avec plusieurs mâles, généralement 2 à 3, qui auront réussi à la séduire à force de vocalises de type « boo-boo-boo » et de gonflements de gorge.

Ensuite, c’est le mâle qui s’occupe de la construction du nid, qui est une dépression peu profonde creusée dans le sol et garnie d’un coussin de végétation. La femelle va y pondre 3 à 6 œufs de couleur vert pomme, et va ensuite laisser le mâle s’occuper de la couvaison pendant environ 2 mois, avant de partir à la recherche d’un autre partenaire.

C’est donc le mâle qui va éduquer et nourrir les petits, pendant environ 9 mois, avant qu’ils ne prennent leur indépendance. Ils atteindront leur maturité sexuelle vers l’âge de 3 ans.

> Menaces et conservation

Le casoar à casque est menacé, comme bon nombre d’espèces, par la destruction et la fragmentation de son habitat naturel, dues à l’expansion agricole. Cette diminution de son espace vital oblige parfois le casoar à s’aventurer de plus en plus près des activités humaines, l’exposant ainsi aux collisions routières, aux attaques de chiens ainsi qu’aux maladies.

Cette espèce a également longtemps été chassée pour sa viande, très appréciée des populations locales. Cette chasse a conduit l’espèce à disparaître totalement de certaines régions. On comptait entre 1 500 et 2 500 individus sauvages au début des années 2000 et la population ne cesse de diminuer…

L’espèce est actuellement classée « Vulnérable » (VU) sur la liste rouge de l’UICN. 

> En parc zoologique

Le casoar à casque est aujourd’hui présenté dans quasiment une dizaine de zoos français. Découvrez la liste des parcs zoologiques qui hébergent des casoars à casque.

L’espèce fait l’objet d’un Stud-Book Européen (ESB), géré par le Vogelpark Avifauna, aux Pays-Bas.

 

Articles similaires