Spatule rosée

Pour bien l’identifier…

  • Dos, cou et poitrine blancs.
  • Reste du plumage rose foncé chez les adultes, rose pâle chez les jeunes.
  • Grand bec aplati typiquement en forme de spatule.
  • Pattes et cou longs.
  • À la différence des hérons, elle vole avec le cou complètement étiré.

Fiche d’identité

Généralités

La spatule rosée est un échassier aux couleurs remarquables apparenté aux ibis, avec lesquels elle partage plusieurs caractéristiques. Elle doit son nom à la forme de son bec : allongé, large et aplati à son extrémité. 

Répartition et habitat

La spatule rosée se rencontre depuis les sud des États-Unis (Floride, Texas et Louisiane) jusqu’en Uruguay, en passant par l’Amérique centrale et le nord de l’Amérique du Sud. Elle vit dans les zones humides en eaux peu profondes telles que les marais, les mangroves, les vasières et près des lagunes.

Régime alimentaire

La spatule rosée se nourrit de diverses proies aquatiques comme des petits poissons, des crustacés ou encore des insectes, qu’elle traque « au toucher ». Son bec plat lui permet d’attraper aisément ces petits animaux et lui sert également d’organe sensoriel. En effet, l’extrémité du bec perçoit les vibrations de la vase causées par les petites proies. Il arrive parfois à la spatule rosée de consommer un peu de végétaux.

Mode de vie et reproduction

La spatule rosée est un oiseau grégaire volant, se nourrissant et nichant en petites colonies, souvent en compagnie de hérons et d’aigrettes. Les couples sont monogames et, lors de la saison des amours, les mâles se parent de couleurs éclatantes pour faire leur cour. La parade nuptiale est élaborée, comprenant la présentation de brindilles par le mâle, afin de prouver sa compétence à trouver de bons matériaux pour le nid. On peut aussi entendre des claquements de bec et assister à des poursuites aériennes. Après cela, l’accouplement a lieu au nid.

Le nid peut être placé dans les arbres, les buissons, entre les roseaux ou à même le sol. Il est constitué de petites branches et de tiges. Il est assez grand et profond et l’intérieur est tapissé de matériaux végétaux fins et secs, comme des feuilles ou des herbes. Le mâle apporte les matériaux et la femelle s’occupe de la construction du nid. Cette dernière y pond ensuite entre 1 et 5 œufs blanc terne tachetés de brun que les deux parents vont couver pendant trois semaines, avant de nourrir les petits par régurgitation pendant trois mois. Les jeunes peuvent voler au bout de 35 à 42 jours mais continuent à rester autour du nid et à être nourris par leurs parents pendant encore 8 semaines.

Menaces et conservation

La spatule rosée fut longtemps persécutée et chassée pour ses plumes, à l’époque où elles étaient commercialisées. Depuis l’abandon de ce commerce aux États-Unis, les populations se sont reconstituées et sont en augmentation. 

Cependant, le drainage des zones humides dégrade l’habitat de cet échassier et ses aires de nourrissage. De plus, dans certaines zones, les œufs sont contaminés par un taux de pesticide élevé. La spatule rosée n’est pas considérée comme une espèce menacée de disparition, elle est classé en « Préoccupation mineure » (LC) par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Le saviez-vous ?

Comme les flamants et les ibis rouges, la spatule rosée doit la couleur de ses plumes aux caroténoïdes contenus dans les crustacés qu’elle mange. Les caroténoïdes sont des pigments variant du rouge orangé au jaune, présents chez de nombreuses espèces animales et végétales (dont la carotte, qui est à l’origine de leur nom).

En parc zoologique

La spatule rosée est présente dans pas loin d’une vingtaine de parcs zoologiques en France. Consultez la liste des zoos français qui hébergent cette espèce.

La spatule rosée ne fait ni l’objet d’un EEP (Programme Européen pour les Espèces menacées), ni d’un ESB (Stud-Book Européen).

Articles similaires