© Réserve africaine de Sigean
Reptiles

Iguane vert

> Généralités

L’iguane vert, également appelé iguane commun, est le plus imposant de tous les iguanes. Malgré son nom, l’iguane vert peut arborer plusieurs couleurs en fonction de la région où il vit. Par exemple, il peut être de couleur bleuâtre mouchetée de noir au Pérou, plutôt rouge au Costa Rica, orange au Mexique… Sa couleur étant rarement totalement uniforme. Il est d’un vert vif le plus souvent quand il est jeune et, dans la majorité des cas, sa coloration se ternit avec l’âge.

Ce gros lézard se reconnaît à sa crête dorsale épineuse, à sa longue queue ornée d’anneaux noirs, à ses puissantes pattes munies de grandes griffes ainsi qu’à son fanon gulaire, grande membrane de peau qui pend sous la gorge de l’animal. Cette dernière est plus développée chez le mâle et sert à la thermorégulation, aux parades sexuelles et aux luttes territoriales entre mâles. Cet iguane possède également une grande écaille caractéristique sous le tympan.

> Répartition et habitat

L’iguane vert se rencontre depuis le nord du Mexique jusqu’au sud du Brésil, du niveau de la mer jusqu’à 1 000 mètres d’altitude.

Semi arboricole, ce lézard vit dans les forêts tropicales sèches et humides, généralement dans la partie haute des arbres et toujours à proximité de points d’eau (mangroves, rivières). Il adore prendre des bains de soleil, perché sur une branche.

> Régime alimentaire

Au stade de juvénile, avant 2 ou 3 ans, l’iguane vert est principalement carnivore, chassant des petites proies telles que des insectes, des araignées ou des escargots.

Une fois adulte, l’iguane est quasi exclusivement végétarien. Il se nourrit alors de plantes vertes, de feuilles, de fleurs et de fruits. Très occasionnellement, ce régime peut être complété avec des larves d’insectes, des petits poissons ou encore des œufs d’oiseaux.

> Vie sociale et reproduction

L’iguane vert est un animal essentiellement solitaire, les adultes vivant seuls. Il arrive cependant que les jeunes vivent en petits groupes de frères et sœurs durant les premières années de leur vie.

Les mâles sont territoriaux et agressifs. De violents combats peuvent éclater si un mâle pénètre sur le territoire d’un autre. Ces derniers s’intensifient à la saison des amours, lors de la recherche des femelles. Si le mâle ne tolère aucun autre congénère du même sexe, il partage généralement son territoire avec quelques femelles.

Au début de la saison des pluies, en décembre, le mâle fait sa cour en hochant la tête vers la femelle qu’il a choisi pour s’accoupler. Si celle-ci est réceptive, il peut s’approcher, sinon il est chassé par de violents coups de queue et des morsures.

Après l’accouplement, la femelle creuse un terrier dans lequel elle pond entre 20 et 70 œufs qui écloront après environ 3 mois d’incubation, entre 28 et 32°C. À leur naissance, les petits mesurent environ 25 centimètres et sont totalement livrés à eux-mêmes, leur mère ne s’occupant pas d’eux. Ils constituent alors des proies de choix pour de nombreux prédateurs, tels que les rapaces, les serpents ou encore un autre iguane, le basilic vert. Ainsi, seulement 2,5 % d’entre eux atteindront l’âge d’un an et pourront se reproduire entre 3 et 4 ans.

> Menaces et conservation

Classé en « Préoccupation mineure » (LC) par l’UICN, l’iguane vert n’est actuellement pas considéré comme une espèce menacée d’extinction. Cependant, comme toutes les espèces évoluant dans le bassin amazonien, il subit la perte et la dégradation de son habitat.

Il est également chassé dans de nombreux pays pour sa chair et ses œufs très appréciés des locaux, et capturé en nombre pour fournir les marchés et être vendu en tant qu’animal de compagnie.

> En parc zoologique

L’iguane vert fait partie des reptiles les plus répandus dans les zoos de France. Découvrez la liste des parcs zoologiques qui présentent des iguanes verts.

L’espèce ne fait l’objet ni d’un Programme Européen pour les Espèces menacées (EEP), ni d’un Stud-Book Européen (ESB).

Articles similaires