Mammifères

Renne

> Généralités

Le renne est un grand cervidé qui porte le nom de caribou en Amérique du Nord.

Il s’agit de la seule espèce de cervidé a avoir été domestiquée par l’Homme. Aux temps préhistoriques, les bois du renne été utilisés pour confectionner de nombreux outils. Aujourd’hui encore, les Lapons élèvent les rennes comme animaux de trait ou pour s’en nourrir. Ils se servent également de leur lait, de leur peau et de leur fourrure.

Le renne a un corps massif mais plutôt élancé. Les deux sexes portent d’immenses bois pouvant atteindre 1,50 mètre d’envergure chez le mâle ! Comme chez tous les cervidés, ces bois tombent en hiver et repoussent au début de l’été suivant. Le pelage est brun foncé en été et s’éclaircit en hiver.

> Répartition et habitat

Six sous-espèces de renne vivent dans les régions arctiques et subarctiques d’Amérique du Nord et d’Eurasie, depuis l’Alaska jusqu’en Sibérie, en passant par le Canada, le Groenland, la Finlande, la Norvège et la Mongolie.

On rencontre cet animal dans la toundra forestière et arctique, la taïga (forêt boréale) ainsi que les régions montagneuses au climat polaire.

Le renne est parfaitement équipé pour supporter les températures glaciales de son environnement. Grâce à son épaisse fourrure constituée de deux couches, dont une sous-couche épaisse de laine et une couche de jarres (longs poils creux) qui retiennent l’air chaud, il peut résister à des températures de -40°C ! 

Ce cervidé est doté de larges sabots en forme de raquettes, dont les coussinets se couvrent de poils durant l’hiver, pour adhérer aux sols gelés et glissants et ainsi faciliter ses déplacements dans la neige.

> Régime alimentaire

Le renne est un ruminant se nourrissant principalement de lichens qu’il trouve un peu partout tout au long de l’année. Il consomme également de l’herbe, des feuillages, des écorces ou encore des champignons. Il utilise ses bois pour déterrer la nourriture enfouie sous la neige.

Il peut aussi manger ses propres bois une fois ceux-ci tombés, ces derniers étant riches en calcium. Selon certaines études, certains rennes se nourriraient même de petits animaux comme des lemmings ou des poissons ! Ce comportement est généralement observé au printemps, une période assez stressante pour ces animaux.

> Vie sociale et reproduction

Les rennes sont des animaux très sociaux qui vivent en immenses troupeaux de plusieurs milliers d’individus. Ils migrent à deux reprises durant l’année : une fois en automne pour passer l’hiver dans des zones plus chaudes, et une seconde fois au printemps pour revenir dans leur habitat d’origine.

Les rennes de la toundra arctique parcourent jusqu’à 5 000 kilomètres par an. C’est la plus longue migration pour un animal terrestre au monde ! 

La saison de reproduction des rennes a lieu en automne. Cette période est marquée par de violents combats entre mâles, entraînant parfois la mort de l’un d’eux. Les mâles dominants ont pour objectif de s’accoupler avec le plus de femelles possibles en se constituant des harems et, à cause des nombreux efforts qu’ils fournissent pour cela, ils perdent près de la moitié de leur poids en quelques mois.

Sept à huit mois après l’accouplement, la femelle donne naissance à un unique petit dans un endroit à l’abri des prédateurs qu’elle aura pris soin de choisir auparavant. Le petit pèse environ 6 kilos à la naissance et restera auprès de sa mère jusqu’à un an, âge où il sera totalement sevré.

À noter que la femelle renne est capable de rallonger sa gestation de quelques mois, en fonction des conditions météorologiques et de la nourriture disponible, afin d’augmenter les chances de survie de son petit.

> Menaces et conservation

Malgré que les rennes soient encore relativement nombreux à l’heure actuelle, leur population est en baisse constante. L’UICN classe désormais l’espèce « Vulnérable » (VU) sur sa liste rouge des espèces menacées.

Ce cervidé des régions polaires est menacé par le réchauffement climatique qui dégrade petit à petit son habitat naturel de prédilection. Le braconnage pour la viande et la fourrure met également en péril la pérennité de l’espèce.

Une autre menace pourrait aussi mettre en danger les populations de rennes : l’encéphalopathie spongiforme des cervidés, une maladie très contagieuse découverte sur un animal en 2016, par l’Institut vétérinaire norvégien.

> En parc zoologique

Il est possible d’observer des rennes dans une dizaine de zoos en France. Découvrez la liste des parcs zoologiques qui hébergent des rennes.

La sous-espèce Rangifer tarandus fennicus, ou renne des forêts eurasiennes, fait l’objet d’un Programme Européen pour les Espèces menacées (EEP), géré par le Zoo d’Helsinki, en Finlande.

 

Articles similaires