Panda © ZooParc de Beauval
© ZooParc de Beauval
Actualités

Le Zoo de Beauval espère une nouvelle naissance chez les pandas cette année

Ce samedi 20 mars 2021, les deux pandas géants du Zoo de Beauval se sont accouplés de nombreuses fois. Cette première journée printanière aurait elle eu de l’effet sur la libido des deux ursidés ? En tout cas à Beauval, l’espoir est permis et on se prépare déjà pour accueillir une nouvelle naissance dans les prochains mois.

Des accouplements naturels…

Cela faisait déjà plusieurs semaines que la femelle, Huan Huan, montrait des signes annonciateurs de l’approche de sa période de chaleur. Marquages au sol, vocalises, modifications hormonales… Tous ces changements sont peu perceptibles au début mais ils se sont intensifiés au fil des jours et des semaines, conduisant les équipes du Zoo de Beauval à placer Huan Huan sous surveillance pour ne pas manquer la légère brèche de 24 à 48h où la femelle est fécondable. Durant toute l’année, le couple vit séparément, comme dans la nature où mâle et femelle ne se rencontrent que pour s’accoupler. C’est pour cette raison que ce samedi, Huan Huan et Yuan Zi ont été mis en contact à 8 reprises, à intervalles réguliers, dans leurs loges de nuit pour multiplier les chances de fécondation.

Durant ces mises en contact, les deux pandas se sont montrés plutôt actifs et plusieurs accouplements ont été observés. Yuan Zi, le mâle, semble être plus intéressé par la femelle que les années précédentes. Pour Baptiste Mulot, Chef vétérinaire de Beauval et directeur de la recherche, « les accouplements étaient plutôt bons. Notre mâle a fait des progrès par rapport à l’année dernière ! Il sait davantage y faire ».

… et une insémination artificielle

Malgré tous ces rapprochements et pour mettre toutes les chances de leur côté, les vétérinaires du parc, assistés d’une équipe de spécialistes allemands, ont procédé à une insémination artificielle de Huan Huan dans la nuit, avec de la semence fraîche de Yuan Zi. « Cet acte a été décidé afin de multiplier les chances de fécondation », précise Baptiste Mulot. Habituellement, ce sont des scientifiques chinois de la base de Chengdu qui viennent superviser et pratiquer les inséminations artificielles mais la crise sanitaire les obligent à suivre l’événement en direct depuis la Chine. Ils ont donc été remplacés par les experts en reproduction animale du Leibniz-IZW (Leibniz Institute for Zoo and Wildlife Research) qui sont arrivés samedi dans la soirée, spécifiquement pour pratiquer cette insémination. Tous les espoirs sont permis mais il faut désormais attendre avant de savoir si Huan Huan a bien été fécondée.

Un système de reproduction particulier

Chez le panda géant, la reproduction est extrêmement complexe. Outre le fait que les femelles ne sont fécondent qu’entre 24 et 48h par an et qu’en plus les mâles ne sont pas nécessairement intéressés à ce moment précis, les femelles peuvent pratiquer la diapause embryonnaire. Après un accouplement ou une insémination artificielle, la femelle débute une période durant laquelle le développement de l’embryon est stoppé au stade d’œuf, permettant à la femelle de faire des réserves de graisse ; c’est la diapause embryonnaire. Cette phase peut durer de quelques semaines à quelques mois, mais une fois qu’elle est terminée, la gestation démarre véritablement pour un développement de 4 à 6 semaines. Mais si la fécondation a échoué, il n’y a pas de diapause mais un comportement de pseudo-gestation qui peut se manifester de la même façon qu’une vraie gestation… Tout cela sera contrôlé par les équipes dédiées (dosages hormonaux, échographies, analyses du comportement de l’animal, etc…). Pour l’heure, aucune certitude mais Beauval se prépare et des pousses de bambou, en provenance de Chine, sont arrivées au parc pour assurer une excellente alimentation à l’éventuelle future maman. Ces jeunes pousses sont très riches et compensent la perte d’appétit de la femelle. Patience, la suite dans quelques semaines !

En attendant, le groupe de langurs doucs s’agrandit de nouveau

Le groupe de doucs à pattes rousses du Zoo de Beauval s’est encore agrandit. Arrivés en novembre 2020, les primates ont petit à petit élus domicile dans le dôme équatorial et un petit avait vu le jour au début du mois de janvier. Dans la nuit du 4 mars, un deuxième bébé est né et il se porte à merveille. Sa mère ne s’en sépare pas et s’en occupe très bien.

Pendant ce temps-là, le premier bébé est de plus en plus actif, il prend de plus en plus d’autonomie dans ses déplacements et commence progressivement à manger des aliments solides comme des fruits (banane, pomme, goyave), des légumes (choux, carotte, courge) mais aussi quelques feuilles. Pour l’instant, on ne connait pas son sexe mais il devrait être identifié prochainement. Pour le second bébé, il faudra encore patienter pour le connaître.

A l’heure actuelle, le ZooParc de Beauval comme tous les autres parcs zoologiques français, est fermé au public. La date initialement fixée au 6 avril 2021, n’est pas maintenue et pour l’instant, aucune nouvelle date n’est prévue. N’hésitez pas à consulter cet article mis à jour quotidiennement pour connaître toutes les dates de réouverture prévues en fonction des différentes annonces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *